Monthly Archives: April 2014

Les convictions, la foi et l’humour de l’ancien évêque de Poitiers

Jura: Mgr Albert Rouet a fait salle comble au Centre Saint-François à Delémont

Pascal Tissier, Service d’information catholique du Jura pastoral

Delémont, 18 avril 2014 (Apic) Mgr Albert Rouet a fait salle comble mercredi 16 avril 2014 au Centre Saint-François à Delémont. Invité par le Service du cheminement de la foi, l’archevêque émérite de Poitiers s’est confié durant deux heures sur ses convictions et la foi qui l’anime.

Conférence de Mgr Albert Rouet le 16 avriil 2014 au Centre Saint-François à Delémont (Photo: Pascal Tissier / SIC)

Conférence de Mgr Albert Rouet le 16 avriil 2014 au Centre Saint-François à Delémont (Photo: Pascal Tissier / SIC)Mgr Albert Rouet le 16 avriil 2014 au Centre Saint-François à Delémont dans le Jura (Photo: Pascal Tissier / SIC)

Conférence de Mgr Albert Rouet le 16 avriil 2014 au Centre Saint-François à Delémont (Photo: Pascal Tissier / SIC)

«La Trinité n’est pas une chose abstraite. Si Dieu n’était pas capable de relation en lui-même, ce serait un pauvre diable. On ne peut pas aimer un Dieu un. Le Père, le fils et le saint-esprit sont indissociables. La Trinité est une exigence.» Les jeux de mots et les images, parfois humoristiques, ont été nombreux lors de la conférence de Mgr Albert Rouet au Centre Saint-François à Delémont. Malgré sa taille, la chapelle de l’institution n’a pas suffi pour accueillir l’auditoire : une partie des spectateurs était rassemblée dans une salle adjacente où le prélat apparaissait sur grand écran. Agé de 78 ans, Mgr Rouet ne semble pas connaître la langue de bois, on dit de lui que c’est un évêque audacieux: «On est toujours audacieux aux yeux de ceux qui traînent». Le ton est donné.

Directrice du Centre Saint-François, Marie-Josèphe Lachat a présenté son invité en se réjouissant d’accueillir «un évêque qui a fait bouger bien des choses» dans le programme du 50e anniversaire de l’institution delémontaine. L’assistante pastorale a même tenté de faire une courte biographie de l’orateur. Tout en souriant, ce dernier s’est contenté d’ajouter: «J’ai eu l’impression d’entendre mon oraison funèbre… tellement c’était beau!»

»Ce que je crois»

«Evêque depuis 1986, j’ai eu maintes fois l’occasion de parler de la foi, mais c’est bien la première fois que je suis convié à évoquer MA foi. Ça me gêne un peu. Ce n’est pas parce que je suis évêque que je crois plus que vous. Que ma foi est plus profonde que la vôtre. Il y a une partie de moi qui est restée païenne et c’est certainement la meilleure», a-t-il lancé.

A l’entendre, sa fonction ne doit pas masquer ce qu’il vit en tant qu’homme: «Je n’aime pas trop parler de Dieu, ce n’est pas un objet. Dieu est inaccessible et plus je crois en lui et plus il s’éloigne de moi. Jésus n’a jamais fait de sermon sur Dieu, il s’attachait à parler des hommes.»

Mgr Albert Rouet se dit offusqué, irrité, par le nombre d’ouvrages qui prétendent – encore aujourd’hui – faire le portrait du Christ: «Dieu n’est pas une décoration que l’on a attribué – à titre posthume – à Jésus de Nazareth.»

Souvenirs, souvenirs…

Dans son intervention, l’évêque aborde ses années d’études au début des années 60. «A Paris, bien avant les événements de mai 68, les mœurs changeaient déjà. On se demandait si la foi pouvait survivre au marxisme et au freudisme. Ce n’était vraiment pas une époque radieuse pour le nouveau chrétien que j’étais». Mgr Albert Rouet confie que la résurrection était le sujet qui le tracassait le plus. «Lors de mes études de philosophie, un copain de classe s’est approché d’un interrupteur, d’un geste il a plongé la pièce dans la nuit, puis il a rallumé le plafonnier en disant: ‘tu vois, c’est ça la résurrection!… c’est la lumière!’ C’était nul, mais ça m’a bouleversé».

«La foi, c’est cette notion subtile entre le besoin et désir. Si j’ai soif, je bois et l’objet du besoin disparaît aussitôt. Si vous traitez Dieu comme un besoin, vous le tuez. Le désir, c’est comme l’amour qui nous attire vers quelque chose qu’on ne peut pas s’approprier. Plus on aime quelqu’un et plus cette personne est mystérieuse. La foi, c’est ce désir, cet élan qui est dans tout homme, le désir d’un dépassement, qu’il soit croyant ou non.»

L’avenir de l’Eglise

Pour Mgr Rouet, il y a un décalage énorme en l’Eglise d’aujourd’hui et les préoccupations des jeunes. Pour lui, c’est un problème nettement plus important que la question du célibat des prêtres. «On a placé une usine à gaz à côté d’eux pour faire croire qu’ils sont LE problème. Ça évite de se poser les bonnes questions. Célibat ou pas, ce n’est pas le nombre de prêtres qui pose problème pour l’avenir. On ne peut plus revenir à un curé par clocher. Ce serait faire du vieux avec du vieux. L’avenir de l’Eglise appartient au peuple de Dieu. A vous!»

Avant de conclure, Mgr Rouet reconnaît qu’il a encore des doutes sur bien des choses: «Heureusement que j’ai encore des doutes, c’est un encouragement… La conclusion appartient aux autres, à Dieu et à vous, avec ce que vous retiendrez de cette soirée.» (apic/pt/bb)

L’évêque de Bossangoa brièvement détenu avec trois prêtes

Après d’âpres négociations dans la nuit de mercredi à jeudi, quatre religieux centrafricains ont été libérés. Escortes par la Misca, ils sont en route vers Bossangoa.

De Bangui, l’archevêque Dieudonne Nzapalainga a pu brièvement s’entretenir avec l’évêque de Bossangoa qui est en bonne santé.

Mgr Nzapalainga explique que Nestor Nongo Aziagbia était “parti pour installer trois prêtres dans leurs paroisses. Il a d’abord traverse sans encombre Bouca, ville tenue par les anti-balaka.”

Mgr Dieudonné Nzapalainga joint par Nicolas Pinault

Arrives à Batangafo, les quatre hommes ont dû stopper leur véhicule sous la menace d’éléments de l’ex-Seleka. L’ancienne alliance est aujourd’hui une nébuleuse et il bien difficile de dire qui dirige chaque groupe.

“Apres avoir été contraints de les suivre jusqu’à un camp militaire, les religieux ont dû reprendre la route avec leurs ravisseurs jusqu’à Kabo. Sur place, ils ont dû attendre l’arrivée d’un général nommé, Al-Kasim, venu de la frontière tchadienne”, précise Mgr Nzapalainga.

A la suite de négociations entre ses hommes armés, la Misca et la Sangaris, les quatre religieux ont pu repartir libres à 11h30 ce jeudi.

“Je condamne cet incident et nous sommes inquiets. On ne doit pas s’en prendre aux religieux. Nous accueillons tout le monde. Nous avons ouvert nos portes aux Chrétiens, aux Musulmans, à tout le monde”, se désole Dieudonne Nzapalainga.

Elections lors de l’Assemblée Plénière des évêques de France

Les évêques ont renouvelé les présidences de 5 commissions et de 7 conseils, ainsi que des fonctions de membres du Comité « Etudes et Projets » et de la commission doctrinale.

Ont été réélus, pour un deuxième mandat de trois ans, comme Présidents de Commissions :


Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, archevêque de Tours : Président de la Commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle.

• Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes : Président de la Commission épiscopale pour la catéchèse et le catéchuménat.

• Mgr Jean-Luc Bouilleret, archevêque de Besançon : Président de la Commission épiscopale pour les ministères ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale.

Ont été élus, pour un premier mandat de trois ans, comme Présidents de Commissions :

• Mgr Pascal Roland, évêque de Belley-Ars : Président de la Commission épiscopale pour la vie consacrée, suite à la fin de deuxième mandat de Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy.

• Mgr Laurent Dognin
, évêque auxiliaire de Bordeaux : Président de la Commission épiscopale pour la Mission universelle de l’Eglise, suite à la fin de deuxième mandat de Mgr François Garnier, archevêque de Cambrai.

Ont été réélus, pour un deuxième mandat de trois ans, comme Présidents de Conseils :

Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon : Président du Conseil pour les questions canoniques.

• Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre : Président du Conseil famille et société.

• Mgr Michel Pansard, évêque de Chartres : Président du Conseil pour les mouvements et associations de fidèles.

• Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc : Président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes.

• Mgr Vincent Jordy
, évêque de Saint-Claude : Président du Conseil pour l’unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme.

• Mgr Michel Dubost
, évêque d’Evry-Corbeil-Essonnes : Président du Conseil pour les relations interreligieuses et nouveaux courants religieux.

• Mgr Hervé Giraud
, évêque de Soissons : Président du Conseil pour la communication.

Ont été réélus, pour un deuxième mandat, comme membre du Comité « Etudes et Projets » :

Mgr Philippe Ballot, archevêque de Chambéry.

• Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen.

Ont été réélus, pour un deuxième mandat, comme membre de la Commission doctrinale :

• Mgr Jean-Pierre Batut
, évêque auxiliaire de Lyon.

• Mgr Michel Santier, évêque de Créteil.

• Mgr Luc Ravel, évêque aux Armées Françaises.

A été choisi comme thème d’un nouveau groupe de travail, « Prêtres ”venus d’ailleurs” dans nos presbyteriums : constats et perspectives ».
Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne, en a été élu responsable.

Amiens : la cathédrale célèbre Monseigneur Olivier Leborgne, son nouvel évêque

Environ 2800 places assises ont été installées dans la cathédrale d’Amiens à l’occasion de l’ordination de Monseigneur Olivier Leborgne ce dimanche. Le nouvel évêque venu de Versailles a aussi attiré les fidèles de son précédent diocèse.

  • Par Gontran Giraudeau
  • Publié le 06/04/2014 | 16:09, mis à jour le 06/04/2014 | 19:32
Monseigneur Olivier Leborgne le nouvel évêque du diocèse d'Amiens

Monseigneur Olivier Leborgne le nouvel évêque du diocèse d’Amiens

Ordination du nouvel évêque du diocèse d’Amiens

Un reportage de Nathalie Tissot et Gérard Payen, avec Monseigneur Olivier Leborgne, évêque du diocèse d’Amiens et Jean-Paul Gusching, administrateur du diocèse d’Amiens

Olivier Leborgne a été nommé évêque d’Amiens par le pape François le 20 février 2014.
Sa consécration épiscopale est présidée ce dimanche 6 avril par l’archevêque de Reims, Monseigneur Thierry Jordan. Son prédecesseur MonseigneurJean-Luc Bouilleret participe à la célébration.
L’ordination du nouvel évêque correspond à la prise de possession officielle de son siège à la tête du diocèse d’Amiens.

France 3

France 3

Lecture de la lettre apostolique du pape François © France 3

© France 3 Lecture de la lettre apostolique du pape François


“J’étais médecin pour me battre pour la vie. Je suis au service de la vie éternelle”

Evêque auxiliaire de Paris depuis plus d’un an, Mgr Michel Aupetit prend la tête du diocèse de Nanterre, succédant ainsi à Mgr Gérard Daucourt. Retour sur un parcours singulier.

Né à Versailles en 1951, Michel Aupetit n’a eu, très tôt, qu’un seul souci : soulager les souffrances de ceux qu’il aime. La médecine s’impose à lui comme une évidence. 1978: il décroche son doctorat en Médecine, avant un diplôme universitaire de Bioéthique Médicale au CHU Henri Mondor à Créteil. Durant 12 ans, il a exercé la médecine générale en cabinet à Colombes.

le point de vue de Mgr Michel Aupetit du 1er… par radio_notre_dame

Issu d’une famille peu pratiquante, Mgr Michel Aupetit a toujours été très attaché à la prière personnelle et à la messe du dimanche. “A 20 ans, j’ai acheté ma première Bible, mais mon discernement et mon cheminement spirituel ont été tardifs”, explique le nouvel évêque de Nanterre, “Louis-Marie Grignion de Montfort fait partie des Saints qui m’ont marqué pour sa vie donnée au service de la mission”. 1990: Michel Aupetit entre au Séminaire. La Maison Saint Roch, la Maison Saint Aignan, le baccalauréat Canonique de Théologie. En 1995, il est ordonné prêtre à Notre Dame de Paris. Vicaire à Saint Paul-Saint Louis, aumônier des lycées et collège du Marais. En 2001, le Père Michel Aupetit devient curé de Notre-Dame de l’Arche de l’Alliance dans le 15ème à Paris. En 2006, il est nommé vicaire général. A sa charge: le vicariat sud-est, 7 doyennés et 27 paroisses. “Tant qu’on n’est pas prêtre, on ne sait pas ce qu’est la vie sacerdotale”, avoue Mgr Michel Aupetit, “l’écoute médicale est différente de la confession. Au confessionnal, on ne juge personne, il se passe quelque chose d’autre, comme pour l’eucharistie. On est porteur de quelque chose qui ne nous appartient pas”.

“De la fécondité spirituelle”

Sa mission ? Aider l’archevêque de Paris au niveau des paroisses. Aller à la rencontre des gens. Il s’occupe alors de la formation permanente des prêtres, du service des funérailles, de l’œcuménisme, du Judaïsme, de la Culture, mais aussi de la “Cellule de Réflexion Bioéthique” du diocèse. “Le médecin est dans le cas particulier”, répète Mgr Michel Aupetit, “le prêtre a la possibilité de prendre de la hauteur et de poser les questions fondamentales, au fur et à mesure que la science avance. Des questions que l’on a bien souvent laisser tomber”, dit-il, “qu’est-ce qu’une personne humaine ? Qu’est-ce que l’humanité ?”. C’est à toutes ces interrogations que Mgr Michel Aupetit a cherché à répondre à travers la rédaction de plusieurs ouvrages: “Découvrir l’Eucharistie”, “La mort et après ?”, ou encore “L’embryon, quels enjeux ?”. Mais aussi à travers l’enseignement de la bioéthique à l’Ecole cathédrale de Paris. “Autrefois, j’étais médecin pour me battre pour la vie. Aujourd’hui, je suis au service de la vie éternelle”, répète Mgr Michel Aupetit. Il a fait sienne la Parole de l’Evangile selon Saint Jean : “Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance”.

Le 2 février 2013, il est nommé évêque auxiliaire de Paris, 18 ans après son ordination sacerdotale. Une nouvelle charge d’évêque auxiliaire qu’il a appréhendée avec sérénité, tout comme il aborde avec sérénité sa nomination à la tête du diocèse de Nanterre : “Ce qui m’inquiète, c’est ma responsabilité vis-à-vis du Seigneur”, répète celui qui est aussi président de Radio Notre-Dame, “En me donnant de nouveaux talents, il me demande d’en produire plus. Et là, il ne s’agit pas de travail mais de fécondité spirituelle”.

>> Découvrez le point de vue hebdomadaire de Mgr Michel Aupetit sur Radio Notre Dame

Marion Duchêne

Journaliste et reporter radio depuis 11 ans, Marion Duchêne dresse chaque matin le portrait du Grand Témoin. Elle est rédacteur en chef web, responsable du site internet.

Espagne : la justice classe sans suite une plainte contre un évêque homophobe

Le parquet de Malaga, en Andalousie, a décidé de classer sans suite une plainte déposée contre le cardinal Fernando Sebastian Aguilar pour des propos homophobes. La justice espagnole avait entamé au début du mois de mars une procédure pour déterminer si les propos en question constituait bien une infraction au code pénal, suite à la plainte de la Confédération espagnole des lesbiennes, gays, bis et transsexuels (Colegas). Dans une interview avec le magazine Sur, l’archevêque de 84 ans estimait que l’amour entre deux personnes de même sexe était « une sexualité déficiente qui peut se guérir via un traitement ». Dire cela, selon Mgr Aguilar, n’était « pas une offense, mais de l’estime » car « quand une personne souffre d’un défaut, l’ami véritable, c’est celui qui lui fait remarquer ». Colegas avait déposé plainte contre le prélat, qui fait partie des 19 cardinaux nouvellement créés par le pape, au motif que l’article 510 du code pénal espagnol punit les « manifestations d’appel à la haine ». Le parquet de Malaga, tout en reconnaissant des propos « erronés et malvenus », a estimé que le délit n’était pas qualifié.

Double canonisation dans un mois – Fraude déjouée à la banque du Vatican – Evêque anglican …

Canonisations: demandez le programme

Nuit de prière dans 11 églises de Rome, site internet et compte Twitter dédiés, catéchèses pour les jeunes : le programme spécial pour la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII du 27 avril prochain a été dévoilé ce lundi.

> Voir notre article

Fraude déjouée à la banque du Vatican

La Gendarmerie du Vatican et la Garde des finances italienne ont déjoué une tentative d’escroquerie rocambolesque. Il y a quelques semaines, un Néerlandais et un Américain ont été interpellés après avoir prétendu connaître deux cardinaux et vouloir ouvrir un compte.

> Voir notre article

Il traduit les tweets du pape en latin

Daniel Gallagher, un des sept experts en langues travaillant pour le bureau latin du Vatican, raconte sa mission quotidienne, loin de toute “traduction servile”.

> Voir notre article

Election d’un nouveau patriarche syriaque orthodoxe d’Antioche

Ignace Ephrem Karim est le nouveau patriarche syriaque orthodoxe d’Antioche. Le quotidien francophone libanais L’Orient – Le Jour précise que l’homme, âgé de 48 ans, a été élu ce lundi comme successeur d’Ignace Zakka Ier Iwas, décédé le 21 mars dernier.

Ouganda: un évêque anglican aux côtés des homosexuels

Christopher Senyojo propose des prêches spécialement destinés aux homosexuels. “Je ne peux pas condamner les homosexuels, car j’ai été appelé au ministère pour servir tout le monde, y compris les marginalisés”, déclare l’évêque ougandais.

Dans un pays où l’homosexualité est largement rejetée – une loi votée le mois dernier condamne certains “actes homosexuels” à de l’emprisonnement à vie – l’ecclésiastique, cité par l’agence AP (en anglais), se dit “ostracisé par sa hiérarchie”.

Sa carrière souffre de son soutien aux homosexuels: il n’est plus payé par l’Eglise locale et ne préside aucun événement national depuis 2006.

Vocations jésuites: un effet François?

Alors que la tendance était à la baisse depuis trente ans, le nombre de novices jésuites a connu une légère hausse en 2013. De 699 en 2012, ils sont passés à 706 l’année dernière. “Le pape jésuite a-t-il un effet positif sur les vocations de la Compagnie de Jésus?”, se demande la revue jésuite Popoli, soulignant qu’il n’y avait pas eu d’augmentation depuis 2009.

Un bidonville argentin rend hommage au pape

Buenos Aires n’oublie pas son ancien archevêque: dans un quartier déshérité, un nouveau bidonville vient d’être baptisé “pape François”. L’AFP rapporte qu’un curé du bidonville voisin a donné sa bénédiction aux logements improvisés qui réunissent déjà 3.000 personnes. Le pape, “c’est un des rares qui soutient les pauvres. Il représente l’espoir et nous nous identifions à lui, il comprend nos besoins”, confie Emanuel Rio, délégué des squatteurs.