Monthly Archives: January 2015

Basket – Cabourg met Pont-l’Evêque au tapis

En prénational, la journée a été marquée par la large victoire de Cabourg dans le derby à Pont-l’Evêque.

31/01/2015 à 22:27 par patrickoger

Pont-l'evêque a été largement dominé dans sa salle par Cabourg 51 à 83.Pont-l’evêque a été largement dominé dans sa salle par Cabourg 51 à 83.

Jour de derby, ce samedi soir à Pont-l’Evêque où les joueurs locaux jouaient déjà gros dans la course pour le maintien face au voisin, Cabourg. Cette rencontre, la dernière de la première phase, a donc tourné à l’avantage des Cabourgeais qui menaient déjà à la pause 27-35. Bloqués dans le jeu intérieur, les Pontépiscopiens n’ont jamais trouvé les solutions… et à la fin du troisième quart-temps, la messe était dite (34-55). Dans la dernière partie du match, les Cabourgeais n’ont pas relâché la pression. Du coup, l’écart a encore grandi avec, à l’arrivée, un score sans appel de 51 à 83. Au classement, il était acquis que les deux équipes allaient faire partie de la poule basse… celle du maintien. En s’imposant à Pont-l’Evêque, Cabourg s’est mis sur de bons rails. En revanche, pour les Pontépiscopiens, la trêve qui arrive… vient assurément au bon moment.

A noter, par ailleurs, qu’en régional 1 Orbec s’est imposé 54-42 face à l’AG Caen alors que Mézidon n’a rien lâché à Démouville 48-79.

A venir des vidéos de la rencontre Pont-l’Evêque-Cabourg

Plusieurs africains parmi les délégués au prochain Synode sur la famille

(RV) Le Vatican a rendu publique, samedi 31 janvier, la liste des délégués au prochain Synode des Evêques; ceux déjà élus par les Conférences épiscopales et approuvés par le Saint-Père. Ils participeront à l’assemblée ordinaire qui se déroulera du 4 au 25 octobre au Vatican sur le thème : « La vocation et la mission de la famille dans l’Eglise et dans le monde contemporain ». Cette liste contient également les noms des substituts élus par les Conférences épiscopales. Ce synode, 14e assemblée générale ordinaire, constituera le deuxième volet d’une vaste réflexion sur la famille engagée par le Pape François. En tant qu’assemblée extraordinaire, le premier synode, en octobre dernier, réunissait les Présidents des conférences épiscopales.

Sur le continent africain Mgr Gervais BASHIMIYUBUSA, Evêque de Ngozi et Président de la Conférence Episcopale du Burundi, avec pour substitut Mgr Joachim NTAHONDEREYE, Evêque de Muyinga.

Pour la Conférence épiscopale d’Ethiopie et d’Erythrée Mgr Tsegaye Keneni DERERA, Vicaire Apostolique de Soddo ; avec pour substitut Mgr Markos Gebremedhin, CM, Vicaire apostolique de Jimma – Bonga.

Pour la Conférence épiscopale du Ghana Mgr Gabriel Charles PALMER-BUCKLE, Archevêque d’Accra ; avec pour substitut Mgr Anthony Kwami ADANUTY, Evêque de Keta-Akatsi.

Pour la Conférence épiscopale du Kenya, le Cardinal John NJUE, Archevêque de Nairobi, et Président de la dite Conférence Episcopale ; Mgr James Maria WAINAINA KUNGU, Evêque de Muranga ; avec pour substitut Mgr Emmanuel BERBERA O.F.M. Cap., Evêque de Malindi.

Pour la Conférence épiscopale de Madagascar Désiré TSARAHAZANA, Evêque de Toamasina, et Président de la dite Conférence Episcopale ; avec pour substitut Mgr Jean de Dieu RAOELISON, Evêque Auxiliaire du diocèse d’Antananarivo.

Pour la Conférence épiscopale du Rwanda, Mgr Antoine KAMBANDA, Evêque de Kibungo ; avec pour substitut Mgr Smaragde MBONYINTEGE, Evêque de Kabgayi, et Président de la dite Conférence Episcopale.

31/01/2015 15:28

Plusieurs français parmi les délégués au prochain Synode sur la famille

(RV) Le Vatican a rendu publique, samedi 31 janvier, la liste des délégués au prochain Synode des évêques élus par les Conférences épiscopales et approuvés par le Saint-Père. Ils participeront à l’assemblée ordinaire qui se déroulera du 4 au 25 octobre au Vatican sur le thème : « La vocation et la mission de la famille dans l’Eglise et dans le monde contemporain ». Cette liste contient également les noms des substituts élus par les Conférences épiscopales. Ce synode, 14° assemblée générale ordinaire, constituera le deuxième volet d’une vaste réflexion sur la famille engagée par le Pape François. En tant qu’assemblée extraordinaire, le premier synode, en octobre dernier, réunissait les présidents des conférences épiscopales.

Lors des assemblées ordinaires, les épiscopats élisent leurs représentants et substituts, proportionnellement à leur importance numérique. La conférence des évêques de France a élu Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence épiscopale ; le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris ; Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre ; Mgr Jean-Paul James, évêque de Nantes ; Mgr Olivier de Germay, évêque d’Ajaccio et Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims. 

31/01/2015 14:32

L’évêque attend son successeur

Martinique | Infos Locales

L’évêque de Martinique, Monseigneur Michel Méranville qui a atteint la limite d’âge depuis quatre ans, attend la nomination de son successeur.

[ Samedi 31 janv. 2015, 00:00 | DOMactu.com | Par Philippe Daniel ]

A l’occasion d’une grande rencontre des évêques de Guyane, Guadeloupe et Martinique, l’évêque Monseigneur Michel Méranville a rappelé qu’il attendait la nomination de son successeur par le Vatican.

Atteint par la limite d’âge imposée aux évêques depuis quatre ans, le ” patron de l’église en Martinique” qui fêtera ses 79 ans le 4 février prochain, garde ses missions à la demande du pape.

A ce jour, aucune nomination officielle n’a été actée, selon Monseigneur Méranville qui rappelle que c’est Rome qui prend seule, la décision.

Le nom du Père Jean-Max Renard, avait circulé un temps pour prendre la succession de l’archevêque, mais sur fond de scandale et d’accusations de la part d’autres prêtres locaux, cette piste avait été écartée et ce dernier muté vers l’hexagone.

Les catholiques de Martinique restent donc suspendus à la décision de la hiérarchie pontificale, pour connaître le nom de leur futur évêque.

Philippe DanielDOMactu.com

IMPORTANT – Les dernières offres d’emploi en Martinique

29 janvier : Saint François de Sales – Évêque, Confesseur et Docteur de l’Église

St-Francois-de-Sales

St-Francois-de-Sales

Né en Savoie en 1567, François de Sales fit ses études à Paris et à Padoue. Ordonné prêtre en 1593 et envoyé pour « prêcher la parole de Dieu aux calvinistes du Chablais, il en ramena, dit-on, soixante-douze mille à la foi catholique ». Devenu père de l’Église de Genève et fondateur de l’Ordre de la Visitation avec sainte Jeanne de Chantal, il fit rayonner sur cette double famille l’influence de son zèle apostolique et de sa douce sainteté.

Cette sainte figure est un exemple pour notre temps et plus particulièrement pour les catholiques : à l’heure où certains cherchent des fausses solutions dans l’œcuménisme et le dialogue interreligieux, Saint François de Sales leur oppose la prédication de l’évangile au risque des persécutions.

A ceux qui cherchent des compromis doctrinaux dans de vaines discussions, Saint François de Sales leur oppose les débats théologiques hors de tout compromis, ayant pour unique but de ramener les égarés dans la voie de la vraie Foi.

Cette rigueur dans la doctrine l’expose à des persécutions récurrentes où sa vie est parfois menacée, mais il y répond par un doux entêtement toujours plus décidé à proclamer la sainte doctrine sans altération ainsi que par une charité et une bonté qui désarme beaucoup de ses ennemis.

C’est par ce saint que la Savoie abandonne en grande partie le protestantisme pour revenir au catholicisme. C’est la Foi intègre unie à une ardente charité qui permet ce miracle apostolique.

Saint François de Sales mourut à Lyon en 1622. Rappelons-nous aussi cette double parole du saint: « On prend plus de mouches avec une cuillerée de miel qu’avec cent barils de vinaigre ». « Le bien ne fait pas de bruit, le bruit ne fait pas de bien ».

Xavier Celtillos



Le Pape ne remettra plus le pallium directement aux nouveaux archevêques

(RV) Nouveauté au Vatican : les nouveaux archevêques recevront désormais le pallium dans leur cathédrale et non plus des mains du Pape. Symbolisant la brebis sur les épaules de Jésus, le bon Pasteur, le pallium leur sera remis de manière privée par le souverain pontife, mais l’imposition se fera désormais lors d’une cérémonie officielle dans la cathédrale de leur archidiocèse. Dans une lettre du 12 janvier envoyée à toutes les nonciatures apostoliques et signée du cérémoniaire pontifical Mgr Guido Marini, il est précisé que ce sont désormais les nonces apostoliques qui remettront cette pièce de tissu aux nouveaux archevêques.  Une mesure très symbolique qui témoigne de la volonté du pape François de décentraliser l’Eglise.

Les précisions de Jean-Baptiste Cocagne :

Depuis des siècles, le Pape lui-même déposait l’étoffe de laine sur les épaules des nouveaux archevêques venus du monde entier, lors d’une célébration dans la basilique Saint-Pierre le 29 juin, jour de la solennité des saints Pierre et Paul. Si les nouveaux archevêques métropolitains restent conviés à Rome pour cette fête importante de l’Eglise, ils recevront à présent le pallium chez eux, lors d’une cérémonie officielle, des mains du représentant du Saint-Siège dans leur pays. 

Tissé de fine laine blanche d’agneau et composé de deux bandes pendantes brodées de six croix de soie noire, le pallium, porté autour du cou, symbolise le lien spécial de communion avec Rome d’un archevêque métropolitain, ainsi que sa fonction pastorale. Le Pape François, qui s’est toujours présenté comme évêque de Rome, a fait de la collégialité entre le Siège de Pierre et ses évêques une des priorités de son pontificat. Par cette mesure symbolique, il montre sa volonté de décentraliser l’Eglise en donnant plus de pouvoir aux épiscopats locaux. Dans sa lettre, Mgr Marini précise que le Pape a décidé ce changement « après une longue réflexion », voulant ainsi exprimer « la synodalité dans l’Église catholique ». Ce changement met aussi en évidence le lien de l’archevêque avec son Eglise locale note le cérémoniaire pontifical, puisque l’imposition aura lieu aussi en présence des évêques et des fidèles concernés. 

Interview de Mgr Marini

Paolo Ondarza a interrogé Mgr Marini sur la signification de la décision du Pape François. En voici la retranscription :

Récemment, le Saint-Père – après réflexion – a décidé d’apporter une petite modification au rite traditionnel d’imposition du pallium aux archevêques métropolites nommés au cours de l’année. La modification est la suivante : en général, le pallium était imposé à l’occasion de la solennité des saints Pierre et Paul, par le Saint-Père, aux nouveaux métropolites. A partir du 29 juin prochain, à l’occasion de la solennité des saints Pierre et Paul, les archevêques – comme le veut la coutume – seront présents à Rome, concélébreront avec le Saint-Père et participeront au rite de bénédiction des palliums mais ils n’auront pas l’imposition : tout simplement, ils recevront du Saint-Père, sous une forme simplifiée et privée, le pallium qui leur est destiné. Ensuite, l’imposition s’effectuera dans leurs diocèses d’appartenance et donc, dans un second moment, en présence de l’Église locale et en particulier des évêques des diocèses suffrageants, accompagnés par leurs fidèles.

Quelle est la signification de cette modification ?
La signification de cette modification est celle de mettre principalement en évidence la relation des archevêques métropolites nouvellement nommés avec leur Église locale et donner également la possibilité à plusieurs fidèles d’être présents à ce rite aussi significatif pour eux. Particulièrement aux évêques des diocèses suffrageants qui pourront, de cette manière, participer au moment de l’imposition. En ce sens, on maintient toute la signification de la célébration du 29 juin qui souligne la relation de communion et de communion hiérarchique entre le Saint-Père et les nouveaux archevêques ; dans le même temps, vient s’ajouter, avec un geste significatif, ce lien avec l’Église locale.

29/01/2015 16:52

Les interventions des sapeurs-pompiers en légère chute

Le chef du centre de secours de Pont-l’Évêque a fait le bilan des interventions en 2014.

29/01/2015 à 17:54 par clementlemaitre

François Gaillard, à droite, aux côtés de son équipe, des jeunes sapeurs-pompiers, du président de l’amicale, des vétérans.François Gaillard, à droite, aux côtés de son équipe, des jeunes sapeurs-pompiers, du président de l’amicale, des vétérans.

Les sapeurs-pompiers étaient rassemblés pour un événement particulier dimanche dernier. Le Lieutenant, François Gaillard, chef du centre de secours de Pont-l’Évêque, avait réuni ses équipes pour présenter les chiffres des interventions l’an passé. De 1232 opérations en 2013, les sapeurs-pompiers de Pont-l’Évêque sont passés à 1140 interventions. Le nombre d’interventions a chuté de 7,5 %.

Baisse du nombre d’incendies

En 2014, 120 incendies ont été recensés sur Pont-l’Évêque et ses environs. Soit trois de moins qu’en 2013. Les accidents de la circulation se chiffrent à 137, 683 secours à personnes et 200 renforts et opérations diverses. Sur ce point, des choses vont changer cette année au niveau des interventions. Habituellement, les sapeurs-pompiers pouvaient intervenir pour des nids de guêpes durant l’été. Ce ne sera plus le cas désormais. « Les particuliers devront désormais contacter des entreprises spécialisées », précise François Gaillard. Concernant l’actualité des casernes de pompiers du Calvados, dont certaines sont sur la sellette, le chef du centre de secours de Pont-l’Évêque n’a pas souhaité s’exprimer.

Effectifs

François Gaillard a fait un point sur les effectifs. Actuellement, 60 pompiers volontaires travaillent au centre de secours de Pont-l’Évêque, qui totalise douze véhicules roulant. En conclusion de la cérémonie, François Gaillard a présenté ses vœux aux équipes, aux familles, au président de l’amicale, aux jeunes sapeurs-pompiers et aux vétérans. « Je tiens à vous remercier du travail effectué, des services rendus, de votre disponibilité et de votre motivation au sein du centre, a-t-il déclaré. Encore un grand merci à tous pour le bon fonctionnement du centre ».

14130 Pont-l’Évêque

clementlemaitre

Ce week-end, c’est l’heure des super-soldes

L’union des commerçants de Pont-l’Evêque organise les super-soldes ce week-end au marché couvert.

29/01/2015 à 17:22 par clementlemaitre

 

Jacques Gordat et Michel Lepaisant de l'UCIA de Pont-l'Evêque. Jacques Gordat et Michel Lepaisant de l’UCIA de Pont-l’Evêque.

C’est l’événement à ne pas manquer pour cette fin de mois. L’UCIA (union des commerçants) de Pont-l’Evêque organise les super-soldes au marché couvert les vendredi 30, samedi 31 et dimanche 1er février. « C’est l’occasion pour les commerçants de faire des super-soldes sur des produits déjà soldés. C’est devenu un événement incontournable à Pont-l’Evêque. Pour les clients, il y a toujours des affaires à faire », explique Michel Lepaisant, président de l’UCIA de Pont-l’Evêque.

Une douzaine de commerçants locaux présenteront leurs produits pendant le week-end. « Il y aura des chaussures, de la maroquinerie, des bijoux, des vêtements enfants, masculins et féminins, de la lingerie ou du prêt à porter féminin », ajoute Michel Lepaisant.

L’événement aura lieu de de 9h à 19h sans interruption. « Générallement, on accueille 800 personnes par jour. C’est un événement assez local », conclut le président de l’UCIA de Pont-l’Evêque.

 

Pratique

Vendredi 30, samedi 31 janvier et dimanche 1er février. Au marché couvert. Gratuit.

14130 Pont-l’Évêque

clementlemaitre

Les archevêques métropolitains recevront le pallium du nonce dans leur diocèse

Dans une lettre du 12 janvier signée du cérémoniaire pontifical, Mgr Guido Marini, dévoilée par la revue jésuite américaine, America, mercredi 28 janvier, les nonces (équivalent d’ambassadeurs du Saint-Siège, NDLR.) des pays où un archevêque métropolitain doit recevoir le pallium ont été informés qu’il leur reviendra de remettre eux-mêmes cet ornement sacerdotal lors d’une cérémonie publique à organiser dans le diocèse de l’archevêque concerné.

Jusqu’à maintenant, le pape imposait de ses mains le pallium au cours d’une célébration en la basilique Saint-Pierre lors de la solennité des saints Pierre et Paul, le 29 juin. Tissé de fine laine blanche d’agneau composé de deux bandes pendantes brodées de six croix de soie noire, le pallium, porté autour du cou, symbolise le lien spécial de communion avec Rome d’un archevêque métropolitain. Ce titre est attribué à l’archevêque placé à la tête d’une province ecclésiastique et ayant autorité sur d’autres diocèses.

Les palliums toujours bénis à Rome

Les nouveaux archevêques métropolitains restent conviés à Rome le 29 juin, où, d’après la lettre de Mgr Marini, leurs palliums seront bénis durant la messe de la fête des saints Pierre et Paul. Ils concélébreront avec le pape, selon l’habitude. Mais celui-ci leur remettra le pallium de manière privée avant une remise publique dans leurs diocèses respectifs par le nonce. Le but est que cette cérémonie attire la participation de l’Église locale « à un moment important de sa vie et de son histoire », justifie Mgr Marini.

Le pape a décidé ce changement « après une longue réflexion et avoir reçu des avis requis », précise Mgr Marini dans sa lettre citée par le magazine America, justifiant cette évolution par la volonté de mieux exprimer « la synodalité dans l’Église catholique ». Celle-ci est une exigence forte du présent pontificat.

Rôle valorisé du nonce

La modification valorise aussi le rôle du nonce apostolique, objet d’une réflexion au sein du ‘C9′, le Conseil des cardinaux entourant le pape François pour la réforme de la Curie.

L’Église de France compte 15 archevêques métropolitains, chacun à la tête d’une province ecclésiastique. Environ 40 archevêques ayant ce titre à travers le monde devraient participer à la célébration du 29 juin prochain. Vingt-quatre avaient reçu le pallium des mains du pape François l’an dernier, dont un de France.

En la fête de sainte Agnès, le 21 janvier, le pape bénit toujours deux agneaux dont la laine sert ensuite à tisser les palliums.

Un symbole cher à Benoît XVI

Le prédécesseur de François, Benoît XVI, accordait une importance toute particulière au pallium, figuré en bas de son blason. « Ce signe très ancien, que les évêques de Rome portent depuis la fin du IVe siècle, peut être considéré comme une image du joug du Christ, que l’évêque de cette ville, le Serviteur des Serviteurs de Dieu, prend sur ses épaules », commentait-il dans son homélie d’intronisation, le 24 avril 2005, à propos du ministère pétrinien. Le 28 avril 2009, lors d’un déplacement dans les Abruzzes, il avait vénéré l’urne du pape démissionnaire Célestin V, déposant un pallium pontifical. 

» Lire aussi : En 2012, la cérémonie de remise du pallium avait déjà été modifiée 

Niger : les évêques renouvellent leur amitié aux musulmans après les attaques …

( Source: Xinhua )

29.01.2015 08h33

Suite aux émeutes anti-Charlie, les 16 et 17 janvier à Zinder et à Niamey, qui ont fait notamment une dizaine des morts dont des chrétiens et une soixantaine d’églises saccagées, les évêques catholiques du Niger, ont renouvelé mercredi leur amitié et leur fraternité à l’ensemble de la communauté musulmane du Niger.

“Nous, Evêques de l’Eglise Catholique, en communion profonde avec nos communautés durement éprouvées par les événements inattendus et tragiques que nous avons subi sans en comprendre les raisons, nous venons renouveler notre amitié et notre fraternité à l’ensemble de la communauté musulmane de notre pays”, ont-ils fait savoir dans un message à la communauté nationale, rendu public à Niamey.

En outre, l’Archevêque Elu de Niamey Laurent Lompo, l’Evêque de Maradi Ambroise Ouédraogo, et M. Michel Cartatéguy, l’Administrateur Apostolique de Niamey, signataires du message, ont saisi l’occasion pour adresser toute leur cordiale gratitude à tous les Nigériens “pour tous les gestes et les actes de solidarité” qu’ils leur ont exprimés.

“Nous rejoignons la douleur que vous partagez avec nous. Nos lieux de culte et la plupart de nos infrastructures sont démolis mais notre foi est intacte. C’est avec elle et avec la vôtre que nous construirons à nouveau ce que nos ennemis communs ont délibérément voulu anéantir”, indique le message.

Auparavant, le président nigérien Mahamadou Issoufou avait condamné, le même jour, ces agitations et déploré les pertes en vies humaines et le nombre élevé de blessés.

“De quel tort sont coupables les églises et les chrétiens du Niger; ceux qui pillent des lieux de culte qui les profanent, qui persécutent et tuent leurs compatriotes chrétiens, n’ont rien compris à l’islam”, a martelé Issoufou.

Il avait lancé un appel au clame à tous, et demandé à ses compatriotes de continuer l’exercice de leur foi dans la tolérance, “c’est-à-dire dans le respect de celle des autres”.

Le gouvernement du Niger s’est engagé à remettre en état toutes les églises détruites durant ces émeutes, a-t-on appris mardi de source officielle à Niamey.