Monthly Archives: August 2016

DIOCESE DE DEDOUGOU : Mgr Judes Bicaba inhumé

DIOCESE DE DEDOUGOU : Mgr Judes Bicaba inhumé

Décédé en France depuis le 19 août dernier, c’est ce lundi 29 août que l’inhumation de  Mgr Judes Bicaba  a eu lieu dans  l’enceinte de la cathédrale Sainte-Anne de Dédougou. Fidèles, parents, amis,  autorités coutumières et religieuses sont allés rendre un dernier hommage au père de la famille diocésaine de Dédougou.

 

Décédé en France depuis le 19 août dernier, le corps de  Mgr Judes Bicaba est arrivé le samedi dernier à Dédougou. Comme pour passer un message céleste, une fine pluie s’est invitée quand le cortège venait juste de s’arrêter à cet accueil.  C’est une marée humaine de fidèles qui sont allés accueillir la dépouille de l’évêque dont un cortège d’environ 2km.    

En la faveur de cette célébration,  une vingtaine d’évêques du Burkina et de la sous-région, Mgr Paul Ouédraogo, archevêque de Bobo-Dioulasso, Mgr Pier Giorgio Bertoli, Nonce Apostolique pour l’église famille Burkina-Niger,  le cardinal Philipe Ouédraogo étaient présents pour rendre un hommage  à Mgr Judes Bicaba.

Durant son passage à la tête du diocèse Mgr Judes Bicaba s’était engagé à œuvrer pour l’unité des filles et fils du diocèse de Dédougou, d’où sa devise lors de son intronisation le 4 juin 2005 :   « Pour que tout soit un, je me consacre à toi  ».

 

 Mgr Pier Giorgio Bertoli, Nonce Apostolique pour l’église famille Burkina-Niger, qui a célébré l’ordination sacerdotale le 9 juillet dernier à Dédougou en absence de Mgr Judes Bicaba dit être  venus au nom du Pape François  présenter ses condoléances aux évêques de la conférence épiscopale ainsi qu’à la communauté diocésaine. 

 Le ministre de l’environnement, Nestor Batio Bassière, présent à la célébration a, au nom du gouvernement, rendu hommage à Mgr Judes Bicaba. Pour lui, Mgr Judes Bicaba était engagé dans un combat pour promouvoir la paix et la cohésion entre les filles et fils de Dédougou, consacrant ainsi sa vie à l’intérêt général à la paix, la solidarité. « C’est un artisan de  l’unité et  de la paix qui nous a quitté », a dit le ministre de l’environnement.   

Mgr Joseph Sama, évêque de Nouna, est promotionnaire de Mgr Judes Bicaba et retient de lui, son trait de caractère, son calme, sa douceur, vigoureux, un homme simple, attentif, proche des autres  qui aimait l’effort physique, qui aimait en  particulier l’agriculture. «  Il avait aussi le sens de l’humour ; il trouvait toujours le mot pour faire rire, pour blaguer », selon Mgr joseph Sama qui  pense que sa devise doit être pour la communauté diocésaine de Dédougou qu’il quitte, un objectif car il a dit  qu’il se consacrait pour l’unité, a-t-il conclu.

 

Pour Albert Bicaba, neveu de Mgr Judes Bicaba, il faut retenir de l’homme un prêtre très aimant qui sait pardonner mais aussi un bon berger. « L’église famille de Dédougou vient de perdre non seulement un prêtre, un évêque de Jésus-Christ, mais aussi un homme de paix, d’entente et de cohésion », a-t-il confié. Selon toujours Albert Bicaba, Mgr Judes Bicaba  était quelqu’un de très pieux et donnait de très bons conseils.  «  Ça fait bon de l’avoir eu et c’est justement ce qui cause le mal de l’avoir perdu », a-t-il ajouté.

L’homme qui s’était battu pour  la paix et la cohésion dans sa communauté et partout ailleurs s’en est allé tôt  (69 ans), selon les nombreux  fidèles qui le pleurent. La cérémonie d’inhumation a été présidée par Mgr Der Raphael Dabiret, évêque de Diébougou, l’un de ses promotionnaire.  Il repose désormais dans la cathédrale Sainte-Anne de Dédougou auprès de son prédécesseur Mgr émérite Zéphirin Toé.

 

Arnaud Lassina LOUGUE

(Correspondant)

 

 

 

Religion Vosges : ordination du nouvel évêque de Saint-Dié dimanche au centre des congrès d …

Dimanche, le centre des congrès d’Epinal va devenir une église géante pour l’ordination du nouvel évêque de Saint-Dié. Monseigneur Berthet va succéder à Monseigneur Mathieu. En présence de 2 000 fidèles.

31/08/2016 à 05:06, actualisé à 00:39

La grande croix de la cathédrale de Saint-Dié fait l’aller-retour à Epinal pour l’ordination du père Berthet dimanche avant de retrouver sa place lundi. Photo d’archives Alexandre MARCHI

La grande croix de la cathédrale de Saint-Dié fait l’aller-retour à Epinal pour l’ordination du père Berthet dimanche avant de retrouver sa place lundi. Photo d’archives Alexandre MARCHI

ÉPINAL

C’est le temps fort des catholiques vosgiens. Un moment d’émotion, de partage et de joie. Un nouveau départ en quelque sorte. Si la cote d’amour de Jean-Paul Mathieu est immense, le monde catholique vosgien s’apprête à changer d’ère sans crainte et dans l’espérance avec l’ordination dimanche à Epinal de Didier Berthet, nouvel évêque de Saint-Dié. Puis lundi avec son installation dans la cathédrale de Saint-Dié-des-Vosges.

Depuis des semaines, des dizaines de bénévoles et l’ensemble des personnels laïcs et religieux du diocèse de Saint-Dié préparent ce rendez-vous : la prise de pouvoir du 17e évêque des Vosges. « C’est toujours un moment important pour la communauté. C’est une nouvelle étape forte de la vie de notre diocèse avec un nouveau pasteur qui va apporter un regard neuf sur notre église dans les Vosges, sur ses forces et ses faiblesses. C’est toujours une chance d’avoir du neuf dans nos vies » , explique le vicaire Pierre-Jean Duménil.

Dimanche, 2 000 catholiques vont se rassembler à Epinal, dans le centre des congrès transformé depuis quelques jours en église. On y dresse des tribunes et installe des chaises, un autel va être posé tout comme des toiles évoquant les vitraux de la cathédrale de Saint-Dié. La grande croix de cette dernière va être transférée dans ce lieu qui « n’est pas une église mais dont on s’efforce d’en faire un site qui évoque notre diocèse, notre département et un lieu de culte où l’on se sentira bien pour vivre pleinement cette cérémonie. Nous allons faire corps ensemble pour accueillir notre nouvel évêque d’où le choix du centre des congrès. On peut tous se retrouver dans la même salle. Unité de lieu pour faire corps ensemble » , confie le père Duménil.

Des dizaines d’évêques

Plein comme un œuf dimanche, le centre des congrès veut accueillir Didier Berthet dans les meilleures conditions pour lui promettre que les paroissiens vosgiens seront à ses côtés dans son nouveau ministère. Et lui permettre de mettre en œuvre la devise qu’il s’est choisie : « Pour qu’ils aient la vie » (JN 10.10). Dans des dizaines de bus venant de toutes les paroisses, les fidèles vont converger vers Epinal et rejoindre ceux qui se présenteront devant les portes du centre des congrès dont les accès seront forcément sécurisés. Pendant plus de deux heures, ils s’uniront dans la communion autour du père Berthet.

A leurs côtés, l’église française montrera sa solidarité avec son nouvel évêque. Autour du nonce apostolique (ambassadeur du Vatican en France) Liugi Ventura, plusieurs dizaines d’évêques et de vicaires généraux accompagneront les prêtres du diocèse près des autorités administratives et politiques du département. Parmi eux, l’archevêque de Rouen sera présent ainsi que ceux de Metz, Strasbourg, Lourdes et les Vosgiens d’origine Monseigneur Armand Maillard (archevêque de Bourges) et Monseigneur Bernard-Nicolas Aubertin (archevêque de Tours). Quelques semaines après la mort du père Hamel, sauvagement assassiné dans son église pendant l’office, l’église française montrera son union et son espérance autour du nouvel évêque des Vosges qui sera ordonné par l’archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret. Même si cette ordination « n’a rien à voir avec une réponse ».

Sébastien GEORGES

Mgr Sylvain Ducange a été ordonné évêque auxiliaire de Port-au-Prince

Monseigneur Sylvain Ducange, prêtre de la congrégation des salésiens de Don Bosco, est le dernier évêque haïtien en date, nommé par le Saint-Père, le pape François. Sa consécration au poste d’évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Port-au-Prince fut tout aussi solennelle que spirituelle. Pour cet homme âgé de 53 ans qui a passé le plus clair de sa vie au service de l’Eglise catholique romaine en Haïti, soit 30 ans, sa nomination témoigne de la grande confiance que le souverain pontife place en lui, en l’élevant à la dignité épiscopale. Cette messe d’action de grâce a été célébrée en présence du président de la République, Jocelerme Privert, accompagné des membres de son cabinet et du gouvernement, dont le ministre des Affaires étrangères, Pierrot Délienne. Le haut clergé de l’Église et le nonce apostolique, Martin Eugène Nugent, y ont aussi pris part. En voyage à l’étranger, le cardinal Chibly Langlois n’a pas participé à l’ordination. L’évêque consécrateur, Mgr Louis Kébreau, archevêque émérite du Cap-Haïtien, a, dans son homélie de circonstance, prodigué de nombreux conseils au nouvel évêque qu’il a connu tout jeune comme un dévoué serviteur de Dieu. Comme un mentor, il exhorte Mgr Sylvain Ducange à être un bon pasteur marchant sur les traces du bon berger qu’est le Christ. « Etre pasteur dans la fidélité du Christ, c’est porter en vous la passion de Dieu et de l’homme. C’est apprendre à faire sa volonté à travers tous les évènements de la vie… C’est aussi s’arracher des griffes de la mondanité, comme dirait le pape François, pour devenir ce guetteur qui discerne dans la nuit la voix […] du Seigneur », lui a-t-il recommandé. Avant de recevoir son anneau pontifical et son bâton de berger, le nouvel évêque auxiliaire de Port-au-Prince a prononcé le traditionnel serment de fidélité au pape et à l’Église. « Voulez-vous obéir au Saint-Père, le pape François ? », lui demande Mgr Kébreau. Et à Mgr Sylvain Ducange de répondre d’un oui assez fort qui déchire le silence. Le prêtre des salésiens n’a trébuché sur aucune question, preuve que sa dévotion à Dieu et à son service est totale. « Oui, je le veux », a été sa seule réponse aux multiples questions que lui adressait l’évêque consécrateur, Mgr Louis Kébreau. À propos de Mgr Sylvain Ducange Le salésien Sylvain Ducange a été supérieur de la vice-province salésienne « Bienheureux Philippe Rinaldi » d’Haïti de 2010 à 2016, affrontant durant son mandat la difficile situation provoquée par le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Le père Ducange est né le 5 avril 1963 à Port-au-Prince. Il est entré au noviciat salésien de Jarabacoa, République dominicaine, en 1985 ; il a émis les vœux perpétuels en 1992 à Bruxelles et il a été ordonné prêtre le 8 juillet 1995 à Port-au-Prince. De 1987 à 1989, il a fait ses études en philosophie à l’Université catholique Madre y Maestra en République dominicaine (PUCAMAIMA) et a suivi des cours en pédagogie à l’Université catholique de Santo Domingo (UCS). Après deux années de stage pratique au Cap-Haïtien à la Fondation Vincent (1989-1991), il est envoyé en Belgique pour réaliser ses études en théologie à l’Institut d’études théologiques (IET) dirigé par les jésuites à Bruxelles de 1991 à 1994. De 1996 à 1999, il a fréquenté la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université pontificale salésienne (UPS) à Rome et a obtenu une licence en pastorale des jeunes. Après avoir été directeur de la « Fondation Vincent » au Cap-Haïtien (1989-1991) et de l’œuvre de Carrefour-Thorland (1998-2004), il a été directeur et économe à Pétion-Ville (2004-2010). De janvier 2010 à janvier 2016, il a assumé la charge de supérieur provincial des salésiens de Don Bosco en Haïti.

Haïti – Religion : Ordination épiscopale du nouvel Evêque auxiliaire de Port-au-Prince




Haïti – Religion : Ordination épiscopale du nouvel Evêque auxiliaire de Port-au-Prince
28/08/2016 07:49:51
Haïti - Religion : Ordination épiscopale du nouvel Evêque auxiliaire de Port-au-Prince

Samedi à la Cathédrale transitoire de Port-au-Prince en présence du Clergé catholique, du Nonce apostolique, l’Archevêque Eugène Martin Nugent, de nombreux représentants de l’Église en Haïti et de l’étranger ; du Président de facto Jocelerme Privert, de membres du gouvernement, notamment du Chancelier Pierrot Délienne et de la grande communauté chrétienne de Port-au-Prince, s’est déroulé la cérémonie d’Ordination épiscopale et l’intronisation du nouvel Evêque auxiliaire de Port-au-Prince Mgr Ducange Sylvain, en l’absence du Cardinal Chibly Langlois, en voyage à l’étranger.

L’ancien Archevêque du Cap-Haitien, Mgr Louis N. Kébreau, a été le consécrateur principal de la cérémonie. Il était accompagné de Mgr Kenel Alphonse et l’Archevêque métropolitain de Port-au-Prince, Mgr Guire Poulard.

Dans son sermon de fidélité, conformément aux canons sacrés de l’Église, le nouvel Évêque qui était également accompagné de deux Diacres, Grégoire Laguerre et Dickenson Moïse, a promis, entre autres, de travailler à la construction du corps du Christ et à demeurer dans son unité; d’accueillir dans la maison du Seigneur les pauvres et tous ceux qui sont dans le besoin et de remplir de manière irréprochable sa mission au sein de l’église « Ensemble nous allons poursuivre la mission que nous a confiée le Seigneur » a conclu Mgr Ducange Sylvain.

En savoir plus sur Mgr Ducange Sylvain :
Né le 5 avril 1963 à Port-au-Prince, Mgr Ducange Sylvain est entré au noviciat salésien de Jarabacoa (République Dominicaine), en 1985 ; il a émis ses vœux perpétuels en 1992 à Bruxelles et a été ordonné prêtre le 8 juillet 1995 à Port-au-Prince. Après avoir été Directeur de l’école « Fondation Saint Vincent » à Cap-Haïtien (1989-1991) et de l’œuvre de Carrefour-Thorland (1998-2004), il a été Directeur et Econome à Pétion-ville (2004-2010).

Membre de la Société de Saint-François de Sales et ancien Supérieur de la Vice-province salésienne « Bienheureux Philippe Rinaldi » d’Haïti de 2010 à 2016, Mgr Ducange Sylvain est également nommé aujourd’hui Évêque titulaire de Nova (Dioecesis Novensis).

HL/ HaïtiLibre




Collège épiscopal du 13 juillet au 25 août

Nominations, démissions, décès… du 13 juillet au 25 août 2016

La DC

Nominations

Mgr Francisco DE ASSIS DANTAS DE LUCENA, (évêque de Guarabira) évêque de Nazaré, Brésil, le 13 juillet.

Mgr Aloisio Alberto DILLI, ofm, (évêque d’Uruguaiana) évêque de Santa Cruz do Sul, Brésil, le 13 juillet.

Le P. Oswaldo Estéfano ESCOBAR AGUILAR, ocd, (président de la Conférence des religieux du Salvador) évêque de Chalatenango, Salvador, le 14 juillet.

Mgr Alfredo Enrique TORRES RONDÓN, (évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Mérida) évêque de San Fernando de Apure, Venezuela, le 15 juillet.

Le P. Moacir APARECIDO DE FREITAS, (curé de paroisse) premier évêque du diocèse de Votuporanga, Brésil, qui vient d’être érigé le 20 juillet.

Mgr José Colin MENDOZA BAGAFORO, (auxiliaire de Cotabato) évêque de Kidapawan, Philippines, le 23 juillet.

Mgr Ernesto MAGUENGUE, (évêque auxiliaire du diocèse) administrateur apostolique sede vacante et ad nutum Sanctae Sedis de Nampula, Mozambique, le 25 juillet.

Le P. Fintan MONAHAN, (secrétaire diocésain de l’archidiocèse de Tuam) évêque de Killaloe, Irlande, le 29 juillet.

Le P. Janez MIHELCIC, sj, (supérieur de la résidence de la Compagnie de Jésus à Bishkek) administrateur apostolique ad nutum Sanctae Sedis du Kirghizstan, le 1er août.

Le P. Cesar ESSAYAN, ofm conv, (custode provincial) vicaire apostolique de Beyrouth, Liban, le 2 août.

Mgr Jesus Maria CIZAURRE BERDONCES, oar, (évêque de Cameta) évêque de Bragança do Para, Brésil, le 17 août.

Mgr Edmond DJITANGAR, (évêque de Sarh) archevêque de l’archidiocèse de N’Djamena, Tchad, le 20 août.

Mgr Martin David HOLLEY, (auxiliaire de Washington) évêque de Memphis, États-Unis, le 23 août.

Mgr Juarez SOUSA DA SILVA, (coadjuteur du diocèse) évêque de Parnaiba, Brésil, le 24 août.

Le P. Jorge H. RODRIGUEZ-NOVELO, (curé de paroisse) évêque auxiliaire de Denver, États-Unis, le 25 août.

Démissions

Mgr Luis Morao ANDREAZZA, ofm, évêque de Chalatenango, Salvador, le 14 juillet.

Mgr Victor Manuel PÉREZ ROJAS, évêque de San Fernando de Apure, Venezuela, le 15 juillet.

Mgr Tomé MAKHWELIHA, scj, archevêque de Nampula, Mozambique, le 25 juillet.

Mgr Martin DRENNAN, évêque de Galway et Kilmacduagh, Irlande, le 29 juillet.

Mgr Séamus FREEMAN, sac, évêque d’Ossory, Irlande, le 29 juillet.

Mgr Paul DAHDAH, ocd, vicaire apostolique de Beyrouth, Liban, le 2 août.

Mgr Luigi FERRANDO, évêque de Bragança do Para, Brésil, le 17 août.

Mgr James Terry STEIB, svd, évêque de Memphis, États-Unis, le 23 août.

Mgr Alfredo SCHÄFFLER, évêque de Parnaiba, Brésil, le 24 août.

Décès

Mgr Nandor Jusztin TAKACS, évêque émérite de Székesfehérvár, Hongrie, le 11 juillet à l’âge de 89 ans.

Mgr Frederick D’SOUZA, évêque émérite de Jhansi, Inde, le 12 juillet à l’âge de 82 ans.

Mgr Zygmunt ZIMOWSKI, président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, le 13 juillet en Pologne à l’âge de 67 ans.

Mgr Athanasius Atule USUH, évêque émérite de Makurdi, Nigeria, le 14 juillet à l’âge de 74 ans.

Mgr Jérôme OWONO-MIMBOE, évêque émérite d’Obala, Cameroun, le 14 juillet à l’âge de 83 ans.

Mgr Nikolaus MESSMER, évêque titulaire de Carmeiano, le 18 juillet au Kirghizstan à l’âge de 62 ans.

Le cardinal Franciszek MACHARSKI, archevêque émérite de Cracovie, Pologne, le 2 août à l’âge de 89 ans.

Mgr James Martin HAYES, archevêque émérite d’Halifax, Canada, le 2 août à l’âge de 92 ans.

Mgr Mansueto BIANCHI, évêque émérite de Pistoia, Italie, le 3 août à l’âge de 67 ans.

Mgr Vincenzo HUANG SHOUCHENG, évêque de Xiapu (Funing), Chine, le 30 juillet à l’âge de 93 ans.

Mgr Salvador QUIZON QUIZON, évêque titulaire de Ferada minore, Philippines, le 5 août à l’âge de 92 ans.

Mgr Edward Kevin DALY, évêque émérite de Derry, Irlande, le 8 août à l’âge de 83 ans.

Mgr Miguel José Asurmendi ARAMENDIA, sdb, évêque émérite de Vitoria, Espagne, le 10 août à l’âge de 76 ans.

Mgr Raphael CHEENATH, sdv, archevêque émérite de Cuttack-Bhubaneswar, Inde, le 14 août à l’âge de 82 ans.

Mgr Jorge García ISAZA, cm, évêque titulaire de Budua, Colombie, le 16 août à l’âge de 88 ans.

Mgr Richard Stephen SEMINACK, évêque de Saint Nicholas de Chicago des Ukrainiens, le 16 août à l’âge de 74 ans.

Mgr Jan VAN CAUWELAERT, cicm, évêque émérite d’Inongo (RD Congo), le 18 août en Belgique à l’âge de 102 ans.

Mgr Judes BICABA, évêque de Dédougou, Burkina Faso, le 19 août à Paris à l’âge de 69 ans.

Mgr Girolamo GRILLO, évêque émérite de Civitavecchia-Tarquinia, Italie, le 22 août en Roumanie à l’âge de 86 ans.

Saint-Siège

Le 13 juillet, le pape François a nommé membres du Secrétariat pour la communication :

Le cardinal Béchara Boutros RAÏ, Patriarche d’Antioche des maronites (Liban) ; le cardinal John NJUE, archevêque de Nairobi (Kenya) ; le cardinal Chibly LANGLOIS, évêque des Cayes (Haïti) ; le cardinal Charles MAUNG BO, archevêque de Yangon (Myanmar) ; le cardinal Leonardo SANDRI, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales ; le cardinal Beniamino STELLA, préfet de la Congrégation pour le clergé ; Mgr Diarmuid MARTIN, archevêque de Dublin (Irlande) ; Mgr Gintaras GRUSAS, archevêque de Vilnius (Lituanie) ; Mgr Marcello SEMERARO, évêque d’Albano (Italie) ; Mgr Stanislas LALANNE, évêque de Pontoise (France) ; Mgr Pierre NGUYÊN VAN KHAM, évêque de My Tho (Vietnam) ; Mgr Ginés Ramon GARCIA BELTRAN, évêque de Cadix (Espagne) ; Mgr Nuno Bras DA SILVA MARTINS, évêque auxiliaire de Lisbonne (Portugal) ; Madame Kim DANIELS, expert auprès de la Conférence épiscopale des États-Unis pour la commission ad hoc sur la liberté religieuse ; Mr Markus SCHÄCHTER, professeur d’éthique des médias et de la société auprès de la faculté de philosophie SI de Munich (Allemagne) ; Madame Leticia Soberon MAINERO, psychologue et experte en communication.

Le 16 juillet, le pape François a accepté la démission pour raison d’âge de Mgr Frans DANEELS, Secrétaire du tribunal suprême de la Signature apostolique. Il a nommé Mgr Giuseppe SCIACCA (Secrétaire adjoint) nouveau Secrétaire de ce même tribunal de la Signature apostolique.

Le 1er août, le P. Federico LOMBARDI, sj, (ancien directeur du Bureau de presse du Saint-Siège) a été nommé président du Conseil d’administration de la fondation vaticane « Joseph Ratzinger-Benoît XVI ».

Le 15 août, le pape François a nommé Mgr Kevin Joseph FARRELL, évêque de Dallas (États-Unis), préfet du nouveau Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie.

Le 20 août, le pape François a nommé le cardinal Vinko PULIC, archevêque de Sarajevo, son envoyé spécial à la célébration de Skopje (Macédoine), le 11 septembre, en conclusion de la journée de remerciement pour la canonisation de Mère Teresa.

Églises orientales

Le 28 juillet, le pape François a érigé l’Éparchie de Grande-Bretagne de l’église syro-malabare, avec siège à Preston, et en a nommé premier évêque le P. Joseph (Benny Mathew) SRAMPICKAL, du clergé de l’Éparchie de Palai et vice-recteur du Collège De Propaganda Fide de Rome.

Le 28 juillet, le pape François a nommé Mgr Stephen CHIRAPPANATH, du clergé de l’Éparchie d’Irinjalakuda, Visiteur apostolique pour les fidèles de rite syro-malabar résidents en Europe.

JO 2016 : un évêque argentin dénonce une “culture de la fornication”

Un évêque argentin a estimé mardi qu’une “culture de la fornication” avait régné durant les JO de Rio dans le village olympique, pointant la distribution de 450.000 préservatifs. « Quarante-deux préservatifs pour chaque athlète, pendant 17 jours de compétitions. La préparation (des compétitions) requiert l’abstinence, c’est logique, mais après chaque compétition, “on baise athlétiquement” », s’indigne dans une tribune publiée dans le quotidien El Dia, l’archevêque de La Plata, le très conservateur Hector Aguer.

>> JO 2016 : les médaillés français reçus à l’Elysée

Un “ennemi historique” du Pape François

« La culture de la fornication qui se répand sans aucun scrupule est un signe de déshumanisation », « de conduite animale », poursuit le prélat.Récemment présenté par la revue argentine Noticias comme un « ennemi historique » du Pape François, Mgr Aguer s’offusque ensuite de la publication dans la presse d’articles sur les jeunes femmes « qui changent de “fiancé” cinq ou six fois par an ». « On suppose qu’ils ne se donnent pas rendez-vous pour lire la Bible », s’indigne-t-il.

>> JO 2016 – Mekhissi : “Kemboi, je ne vais pas dire que c’est mon ami”

Boulogne: l'archevêque de Notre-Dame de Paris présidera la procession

Malgrè le sentiment d’insécurité qui plane sur la plupart des manifestations et peut-être aussi sur les membres du clergé au regard des derniers événements qui ont secoué la France, la grande procession annuelle de Notre-Dame aura bien lieu le dimanche 28 août prochain. Le deuxième dimanche qui suit le 15 août, comme le veut la tradition. « Nous avons réfléchi à la question de la sécurité et convenu avec Frédéric Cuvillier, maire de Boulogne, de maintenir la procession comme à l’habitude, indique l’abbé Duminy, doyen du Boulonnais. Elle sera identique dans son parcours (départ à 15h30 place des Victoires), commente l’abbé.

Des mesures de protection

Pour garantir la sécurité, il y aura cependant un accès surveillé à la cathédrale et une fouille obligatoire des sacs à l’entrée. « Nous invitons donc les participants à éviter les sacs à dos et tout autres bagages inutiles, le nombre de visiteurs admis dans l’enceinte de la cathédrale pouvant atteindre jusqu’à 1500 personnes. Cela permettra de ne pas trop ralentir le début de la messe », précise ce dernier.

Un invité de marque

Cette année, la procession prendra un accent particulier puisqu’elle souligne à la fois l’année jubilaire de l’église catholique et le 150e anniversaire de la consécration de la basilique Notre-Dame. Cette dernière était redevenue une cathédrale grâce à l’intervention de Mgr Haffreingue qui a reconstruit le sanctuaire en s’inspirant notamment de la basilique Saint-Pierre de Rome et de la Cathédrale Saint-Paul de Londres. En 1866, Mgr Régnier, archevêque de Cambrai, a consacré la nouvelle Cathédrale. Cela fait 150 ans aujourd’hui, et pour célébrer cet événement comme il se doit, le cardinal André XXIII, archevêque de Paris, présidera la procession en compagnie de Monseigneur l’Evêque Jean-Paul Jaeger. « Une présence exceptionnelle qui apporte une autre dimension à cette cérémonie, souligne l’abbé Duminy. Un cardinal, rappelle-t-il, est un proche collaborateur du Pape et il y a à peine 150 cardinaux de part le monde. C’est donc un grand privilège pour Boulogne que le Cardinal André XXIII ait répondu favorablement à l’invitation de notre évêque. Le doyenné a déjà reçu la visite des défunts cardinaux Lustiger et Basil Hume, mais cette visite sera une première pour lui comme pour nous. »

L’archevêque André XXIII présidera donc les célébrations du week-end depuis l’arrivée de la Vierge au port le samedi 27 août à 20h30, puis la procession aux flambeaux et la messe à l’église Saint-Nicolas (Place Dalton). Le dimanche 28 août, se tiendra la grande procession et sa messe de clôture à la cathédrale. « Ainsi, conclut l’abbé Duminy, malgré les menaces que l’on voudrait faire peser sur notre nation, ce rassemblement autour de la Vierge reste un moment d’unité et de solidarité que chacun pourra partager à sa convenance. »

Mgr Edmond Djitangar, nouvel archevêque de N'Djamena

Mgr Edmond Djitangar en 2009.ZOOM

Mgr Edmond Djitangar en 2009. / Emanuela DE MEO/CPP/CIRIC/Emanuela DE MEO/CPP/CIRIC

Le pape François a nommé le 20 août Mgr Edmond Djitangar, 63 ans, nouvel archevêque de N’Djamena, la capitale tchadienne. Il était, depuis 1992, évêque de Sarh, la troisième ville du pays, dans le sud, près de la frontière centrafricaine.

Formé au Cameroun, en Côte d’Ivoire et à Rome, Mgr Djitangar est le deuxième Tchadien à occuper le poste d’archevêque de N’Djamena. Responsable des moyens de communication sociale pour la Conférence des évêques du Tchad (actuellement présidée par Mgr Jean Claude Bouchard, évêque de Pala originaire du Canada), il a été, sur le plan international, secrétaire spécial du synode pour l’Afrique en 2009 et délégué au synode pour la famille en 2014.

Un diocèse vacant depuis trois ans

Le diocèse de N’Djamena était vacant depuis le décès de Mgr Mathias Ngartery Mayadi, en novembre 2013. Il compte une trentaine de prêtres diocésains pour environ 230 000 catholiques (sur une population totale de 3,5 millions d’habitants).

Grand comme deux fois la France, le Tchad est État laïque, comptant une majorité musulmane (55 % de la population) et de fortes minorités catholique (20 %) et protestantes (15 %), concentrées surtout dans le sud du pays. Depuis de nombreuses années, le contexte géopolitique du Tchad est tendu du fait de ses relations difficiles avec le Soudan, le Nigeria et la Centrafrique. Le pays est par ailleurs très engagé dans la lutte contre Boko Haram, groupe djihadiste très implanté au Nigeria voisin.

La Croix

Mgr Edmond Djitangar, nouvel évêque de N'Djamena

(RV) Le Pape a nommé un nouvel archevêque pour la capitale tchadienne, N’Djamena. Mgr Edmond Djitangar, 63 ans, est un prélat expérimenté. Formé au Cameroun, en Côte d’Ivoire et à Rome, il était depuis 1992 l’évêque du diocèse de Sarh, (la troisième ville du pays, autrefois appelée “Fort-Archambault”). Dans ce diocèse situé au sud du pays, près de la frontière avec la République centrafricaine, la part des catholiques dans la population a doublé en 20 ans, passant de 5% à 10 % de la population.Le diocèse de N’Djamena était vacant depuis le décès de Mgr Matthias N’Gartéri Mayadi, en 2013. La capitale tchadienne compte environ 230 000 habitants catholiques, servis par une trentaine de prêtres diocésains, pour une population totale de trois millions et demi d’habitants.Le Tchad est une nation majoritairement musulmane, dont l’armée joue un rôle important pour la stabilité du Sahel et de l’Afrique de l’ouest.(CV-MA)

Inde : décès d'un évêque défenseur des chrétiens de l'Orissa

(RV) Mgr Raphael Cheenath, archevêque émérite de Cuttack-Bubaneshwar, en Inde, est décédé ce dimanche 14 août à Bombay à l’âge de 82 ans. Il fut le symbole du martyre que vivent les chrétiens de l’État de l’Orissa.Évêque actif de 1974 à 2011, il était donc en charge pendant les pogroms que subirent les chrétiens de la part de groupes radicaux et paramilitaires hindous. Il avait toujours invoqué la justice pour les victimes chrétiennes. Selon le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Bombay, et président de la conférence épiscopale indienne, Mgr Cheenath, a guidé son archevêché dans «la période la plus dramatique de l’Église catholique indienne». Il a combattu «sans répit les batailles légales en faveur des victimes et des survivants». Ce qui lui avait valu des menaces de mort.Après les massacres de 2008, il avait publié un mémorandum pour revendiquer les droits des victimes demandant des dommages et des intérêts aux blessés et aux veuves, ainsi qu’une aide pour reconstruire les églises et les maisons religieuses détruites. Il avait demandé également la fin des conversions forcées à l’hindouisme.Environ une centaine de personnes ont été tuées en 2007-2008 lors de ces violences. 50 000 ont dû quitter leur logement. Elles avaient éclaté après l’assassinat du leader hindou Laxamananda Saraswati et de quatre de ses compagnons.(CV-XS)