Monthly Archives: October 2016

Le pape nomme le futur successeur de l'archevêque de Guam

Le pape a nommé, lundi 31 octobre, Mgr Michael Jude Byrnes, jusqu’à présent évêque auxiliaire de Détroit (États-Unis), comme évêque coadjuteur du diocèse d’Agana sur l’île américaine de Guam, dans le Pacifique (archipel des Mariannes). Son archevêque, Mgr Anthony Apuron, 70 ans, est accusé de pédophilie et de mauvaise gestion.

En tant que coadjuteur, Mgr Byrnes a donc un droit de succession direct à la tête de ce diocèse, lorsque Mgr Apuron quittera officiellement sa charge. Aucune date de nomination n’est pour le moment connue.

En juin, le pape avait décidé de nommer Mgr Savio Hon Tai-Fai administrateur apostolique du diocèse.

Promesse d’un procès canonique

Cette nomination avait été interprétée comme la première application d’un décret du pape François, publié deux jours plus tôt, qui prévoyait la possibilité de relever un évêque de ses fonctions pour « causes graves », ces dernières incluant la « négligence des évêques dans l’exercice de leur fonction, en particulier vis-à-vis des cas d’abus sexuels commis sur des mineurs et des adultes vulnérables ».

Une semaine après son arrivée, déjà, le nouvel administrateur avait marqué la rupture avec l’archevêque sortant. Il avait en effet émis un décret qui annulait la décision prise le 5 juin par ce dernier, de bannir des églises locales un groupe de personnes qui l’accusaient depuis deux ans d’avoir mal géré les finances du diocèse. Qu’il s’agisse des finances ou des accusations de pédophilie, Mgr Apuron a de son côté toujours clamé son innocence, dénonçant des « mensonges » et accusant ses détracteurs « de le persécuter parce qu’il nettoie l’Église ».

En septembre, Mgr Savio Hon Tai-Fai avait promis une « enquête approfondie » concernant les faits reprochés à Mgr Apuron, de même qu’un procès canonique, et indiqué avoir demandé au Saint-Siège de démettre l’archevêque, celui-ci refusant de démissionner.

> À lire : Le nouvel administrateur apostolique du diocèse de Guam prend des décisions fortes

Marie Malzac

Mgr Joseph Nguyên Chi Linh, nouveau président de la Conférence épiscopale, est nommé …

Mgr Joseph Nguyên Chi Linh, nouveau président de la Conférence épiscopale, est nommé archevêque de Huê

31/10/2016

Le samedi 29 octobre 2016, la salle de presse du Saint-Siège a annoncé que le pape François, après avoir accepté la démission de l’archevêque de Huê, Mgr François-Xavier Lê Van Hông, atteint par la limite d’âge, avait nommé Mgr Joseph Nguyên Chi Linh archevêque de ce diocèse. Le nouveau …

… pasteur de l’archidiocèse du Centre-Vietnam était jusqu’à présent évêque de Thanh Hoa. Lors de la dernière assemblée des évêques du Vietnam, le nouvel archevêque de Huê avait été élu par ses pairs président de la Conférence épiscopale nationale.

On pourra lire ici une interview de Mgr Linh, accordée il y a quelques années à Eglises d’Asie. Le pasteur nouvellement nommé de l’ancienne ville impériale du Vietnam a aujourd’hui 67 ans et a derrière lui est un curriculum vitae fourni. Voici quelques-unes des étapes de l’itinéraire du nouvel archevêque de l’ancienne ville impériale de la dynastie des Nguyên.

22 janvier 1949 : naissance dans la commune de Hai Thanh, province de Thanh Hoa.
1954 : participe avec sa famille à l’exode vers le Sud-Vietnam.
1955-1962 : études à l’école primaire de la paroisse Thanh Hai, Phan Thiêt.
1962-1967 : études au petit séminaire « Etoile de la mer » de Nha Trang.
1967-1968 : suite des études secondaires à l’Ecole de la Providence, Huê.
1968-1970 : fin des études secondaires au séminaire du Bon Pasteur de Dalat.
1970-1977 : études théologiques à l’Institut pontifical Saint-Pie X de Dalat.
1977-1992 : en l’absence de maisons de formation, retour à l’intérieur de sa famille dans la paroisse de Song My (diocèse de Nha Trang).
30 décembre 1992 : ordination sacerdotale conférée par l’évêque de Nha Trang.
1992-1995 : vicaire dans la paroisse de Phuoc Thien.
1995-2003 : études à l’Institut catholique de Paris et obtention d’un doctorat en philosophie avec une thèse sur Maurice Blondel.
8 novembre 2003 : retour au Vietnam. Le P. Linh est professeur au grand séminaire Etoile de la mer (Stella Maris) de Nha Trang.
12 mars 2004 : il est nommé par le pape Jean-Paul II évêque du diocèse de Thanh Hoa dont il est originaire.
4 août 2004 : il est consacré évêque dans la cathédrale de Thanh Hoa. Sa devise épiscopale : « Qu’ils soient un ! »
2007-septembre 2009 : vicaire apostolique du diocèse de Phat Diêm.
Au sein de la Conférence épiscopale, Mgr Joseph Nguyên Chi Linh a assumé un certain nombre de fonctions :
2004-2007 : président de la Commission des laïcs
2007-2013 : vice-président de la Conférence épiscopale du Vietnam
2013-2015 : président de la Commission pour la pastorale des migrants
Depuis le mois d’octobre 2016, Mgr Joseph Nguyên Chi Linh est président de la Conférence épiscopale du Vietnam.

(eda/jm)

Collège épiscopal du 22 au 28 octobre

Nominations, démissions, Saint-Siège… du 22 au 28 octobre 2016

La DC

Nominations

Le P. Philippe Alain MBARGA, (recteur du séminaire majeur interdiocésain de théologie de Nkolbisson à Yaoundé) évêque d’Ebolowa, Cameroun, le 22 octobre.

Mgr Faustin Ambassa NDJODO, cicm, (évêque de Batouri) archevêque métropolitain de Garoua, Cameroun, le 22 octobre.

Mgr Mariano José PARRA SANDOVAL, (évêque de Ciudad Guayana) archevêque de Coro, Venezuela, le 25 octobre.

Le P. Luis Alberto Barrera PACHECO, mccj, (supérieur de la province du Pérou et du Chili des Missionnaires comboniens du Cœur de Jésus) évêque de Tarma, Pérou, le 25 octobre.

Le P. Louis CORRIVEAU, (curé de la paroisse Saint-Bernardin-de-Sienne) évêque auxiliaire de Québec, Canada, le 25 octobre.

Le P. Marc PELCHAT, (vicaire général) évêque auxiliaire de Québec, Canada, le 25 octobre.

Mgr José Roberto Silva CARVALHO, (de l’archidiocèse de Vitória da Conquista) évêque de Caetité, Brésil, le 26 octobre.

Le P. Marco Antonio Merchán LADINO, (du diocèse de Duitama-Sogamoso) évêque de Vélez, Colombie, le 26 octobre.

Mgr Francisco Simon CONESA FERRER, (recteur de la basilique Sainte-Marie d’Elche, diocèse d’Orihuela-Alicante) évêque de Minorque, Espagne, le 27 octobre.

Le P. Socrates MESIONA, msp, (directeur national des Œuvres pontificales missionnaires) vicaire apostolique de Puerto Princesa, Philippines, le 28 octobre.

Le P. Rupert GRAF ZU STOLBERG, (du clergé du diocèse) évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Munich-Frisingue, Allemagne, le 28 octobre.

Démissions

Mgr Antoine NTALOU, archevêque métropolitain de Garoua, Cameroun, le 22 octobre.

Mgr Roberto Lückert LEÓN, archevêque de Coro, Venezuela, le 25 octobre.

Mgr Juan Frausto PALLARES, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de León, Mexique, le 28 octobre.

Mgr Pedro D. ARIGO, vicaire apostolique de Puerto Princesa, Philippines, le 28 octobre.

Décès

Mgr José Oscar Barahona CASTILLO, évêque émérite de San Vicente, Salvador, le 22 octobre à l’âge de 78 ans.

Saint-Siège

Le 28 octobre, le pape François a nommé membres de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements :

– les cardinaux, Rainer Maria WOELKI, archevêque de Cologne (Allemagne) ; John Olorunfemi ONAIYEKAN, archevêque d’Abuja (Nigeria) ; Pietro PAROLIN, Sécrétaire d’État ; Gérald Cyprien LACROIX, archevêque de Québec (Canada) ; Philippe Nakellentuba OUÉDRAOGO, archevêque d’Ouagadougou (Burkina Faso) ; John Atcherley DEW, archevêque de Wellington (Nouvelle Zélande) ; Ricardo BLÁZQUEZ PÉREZ, archevêque de Valladolid (Espagne) ; Arlindo Gomes FURTADO, évêque de Santiago du Cap Vert (Cap Vert) ; Gianfranco RAVASI, président du Conseil pontifical de la culture ; Beniamino STELLA, préfet de la Congrégation pour le clergé ;

– les évêques et archevêques, Dominic JALA, archevêque de Shillong (Inde) ; Domenico SORRENTINO, archevêque-évêque d’Assise‑Nocera Umbra‑Gualdo Tadino (Italie) ; Denis James HART, archevêque de Melbourne (Australie) ; Piero MARINI, archevêque tit. de Martirano, président du Comité pontifical pour les Congrès eucharistiques internationaux ; Bernard‑Nicolas AUBERTIN, archevêque de Tours (France) ; Romulo G. VALLES, archevêque de Davao (Philippines) ; Lorenzo VOLTOLINI ESTI, archevêque de Portoviejo (Équateur) ; Arthur Joseph SERRATELLI, évêque de Paterson (États-Unis d’Amérique) ; Alan Stephen HOPES, évêque de East Anglia (Grande-Bretagne) ; Claudio MANIAGO, évêque de Castellaneta (Italie) ; Bernt Ivar EIDSVIG, évêque d’Oslo (Norvège) ; Miguel Ángel D’ANNIBALE, évêque de Rio Gallegos (Argentine) ; José Manuel Garcia CORDEIRO, évêque de Bragança‑Miranda (Portugal) ; Charles MOREROD, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg (Suisse) ; Jean‑Pierre KWAMBAMBA MASI, évêque tit. de Naratcata, auxiliaire de Kinshasa (Rep. Démocratique du Congo) ; Benny Mario TRAVAS, évêque de Multan (Pakistan) ; John Bosco CHANG SHIN‑HO, évêque tit. de Vescera, auxiliaire de Daegu (Corée).

Deux nominations d'évêques au Cameroun

Mgr Faustin Ambassa Ndjodo (à gauche), nouvel archevêque de Garoua au nord du pays. Le P. Philippe Alain Mbarga (à droite), nommé évêque du diocèse de Ebolowa, au sud du Cameroun./ Crédit photos diocèse de Yaoundé

Mgr Faustin Ambassa Ndjodo (à gauche), nouvel archevêque de Garoua au nord du pays. Le P. Philippe Alain Mbarga (à droite), nommé évêque du diocèse de Ebolowa, au sud du Cameroun./ Crédit photos diocèse de Yaoundé

Mgr Faustin Ambassa Ndjodo a été nommé archevêque de Garoua au nord du pays. Le P. Philippe Alain Mbarga, a été de son côté nommé, à 48 ans, évêque du diocèse de Ebolowa, au sud du Cameroun.

Le pape François a procédé, samedi 22 octobre, à une double nomination d’évêques au Cameroun.

Mgr Faustin Ambassa Ndjodo a été nommé archevêque de Garoua au nord du pays. Ancien évêque de Batouri, il remplace Mgr Antoine Ntalou.

Né en 1964 à Ekouda, Mgr Faustin Ambassa Ndjodo est titulaire d’une maîtrise en philosophie à l’Université catholique de Louvain (Belgique).

Ordonné prêtre en 1997, il est religieux de la Congrégation du Cœur-Immaculé de Marie (CICM). Vicaire puis curé, secrétaire du district de la CICM du Sénégal, professeur de philosophie à l’institut Saint-Augustin de Dakar, il fut, après une année d’études à l’institut de formation religieuse (Religious Formation Catholic Theological Union) de Chicago (États-Unis) en 2000, professeur de philosophie à l’institut Saint-Joseph Mukasa de Yaoundé.

Nommé ensuite supérieur provincial de la CICM, il fut vicaire épiscopal pour la Vie consacrée et président de la conférence des supérieurs majeurs d’Afrique et de Madagascar, avant d’être nommé évêque de Batouri en décembre 2009 par Benoît XVI.

Le P. Philippe Alain Mbarga, actuel recteur du grand séminaire interdiocésain de Nkolbisson à Yaoundé (depuis 2008), a été de son côté nommé, à 48 ans, évêque du diocèse de Ebolowa, au sud du Cameroun. Il devient le troisième évêque de ce diocèse érigé en 1991, et dont le siège épiscopal était vacant depuis la nomination de Mgr Jean Mbarga comme archevêque de Yaoundé, en octobre 2014.

Âgé de 48 ans, le P. Philippe Alain Mbarga, également secrétaire de la Commission pour les œuvres apostoliques au sein de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, est originaire du diocèse de Mbalmayo. Il a étudié au Cameroun et en Allemagne, à l’Université de Fulda, où il a obtenu un doctorat en théologie biblique en 2003.

Ordonné prêtre en 1994, il a été professeur d’Écriture Sainte à l’Université de l’Afrique Centrale, secrétaire particulier du recteur de l’Université, puis recteur du séminaire propédeutique et du grand séminaire interdiocésain Marie-Reine des Apôtres d’Otélé, près de Yaoundé.

CAMEROUN :: Ebolowa a un nouveau pasteur :: CAMEROON

CAMEROUN :: Ebolowa a un nouveau pasteur :: CAMEROONCAMEROUN :: Ebolowa a un nouveau pasteur :: CAMEROON L’annonce de la nomination de Mgr Philippe Alain Mbarga a eu lieu samedi, au cours d’une messe solennelle, dite par Mgr Jean Mbarga, son prédécesseur.

Mgr Philippe Alain Mbarga. C’est le nom du nouvel évêque, nommé par Sa Sainteté le pape François, qui est désormais appelé à présider aux destinées de l’Eglise catholique romaine qui est à Ebolowa. Les chrétiens du diocèse d’Ebolowa ont recu, en ce samedi, 22 octobre 2016, la « très bonne nouvelle », après trois ans d’attente et de prière.

En ce jour historique, le temps a semblé suspendre son vol, lorsque, à 11 h précises, en la cathédrale Saints Anne et Joachim d’Abang, Mgr Jean Mbarga, archevêque métropolitain de Yaoundé et administrateur apostolique d’Ebolowa, marque un temps d’arrêt, pour annoncer à tous les fidèles, parmi lesquels le gouverneur Félix Nguélé Nguélé, l’heureuse nouvelle qui vient du Vatican, sous le couvert de la nonciature apostolique.

La  traditionnelle messe de rentrée scolaire a, du coup, pris les contours d’une eucharistie d’action de grâce. « Le message concerne ce qui nous a préoccupé depuis trois ans, à savoir : la nomination de l’évêque successeur », a clamé, dans un silence d’olympe, le prélat à l’endroit de l’assistance accrochée à ses lèvres. « Voici ce qu’a écrit le Saint Père, par le biais de la nonciature. J’ai la joie de vous annoncer, que sa Sainteté le Pape François a nommé, comme votre successeur, à la charge de l’évêque du diocèse d’Ebolowa, le révérend Abbé Philippe Alain Mbarga ».

Youyous, cris, clameurs et chants religieux viennent couper l’archevêque. Les chrétiens tressaillent d’allégresse. Mgr Jean Mbarga, tout aussi ému, informe le peuple chrétien que leur nouveau pasteur était, jusqu’à sa nomination « Recteur du grand séminaire interdiocésain Notre Dame de l’Immaculée conception de Nkolbisson à Yaoundé ».  L’archevêque métropolitain de Yaoundé poursuit la présentation de son successeur. Il révèle que Mgr Philippe Alain Mbarga est né le 28 janvier 1968 à Obout, dans le diocèse de Mbalmayo.

Très jeune, il va tout de suite entendre l’appel du Seigneur et fait son entrée, en 1980, au petit séminaire Saint-Paul de Mbockulu, à Mbalmayo, d’où il sort, en 1987, nanti du baccalauréat. De 1987 à 1994, le jeune séminariste fait sa formation en philosophie et en théologie, respectivement au grand séminaire de Nkolbisson, et à la faculté de théologie de l’Université catholique d’Afrique centrale, Institut catholique de Yaoundé.

Philippe Alain Mbarga reçoit l’ordination presbytérale le 10 décembre 1994, de S.E Mgr Adalbert Ndzana, pour le compte du diocèse de Mbalmayo. En 2002, le jeune prêtre rentre aux études et obtient un Doctorat en théologie biblique à la faculté de théologie de Fulda en Allemagne. Il s’inscrit également à l’Université de Reims, en France, d’où il sort auréolé du diplôme d’étude approfondie en philosophie. Revenu au Cameroun, il est, de 2002 à 2004, professeur d’écriture sainte à la faculté de théologie de l’Université catholique d’Afrique centrale, Institut catholique de Yaoundé.

De 2005 à 2008, le nouvel évêque du diocèse d’Ebolowa est Recteur du grand séminaire d’Akono. Et, depuis 2008 et ce jusqu’à sa nomination comme évêque d’Ebolowa, il est Recteur du grand séminaire théologique Notre Dame de l’Immaculée conception de Nkolbisson à Yaoundé.

Exclusif : hospitalisé après un malaise, l'archevêque de Marseille Mgr Pontier va mieux

L’archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Georges Pontier, 73 ans, a été hospitalisé lundi matin à Marseille après avoir été victime d’un malaise à son domicile. Ce sont les marins-pompiers qui l’ont pris en charge à sa résidence située sous la basilique de Notre-Dame de la Garde. Il a été placé en observation et soumis à une batterie d’examens qui se poursuivront jusqu’à vendredi, a-t-on appris ce soir auprès de son entourage. La nouvelle a suscité un vif émoi parmi les prêtres de son diocèse qui ont été informés de cet incident par une lettre signée de l’évêque auxilliaire, Mgr Jean-Marc Aveline. Ce malaise est survenu après un week-end particulièrement éprouvant qui l’a vu procéder samedi à l’inauguration de l’esplanade Jean-Paul II, devant la cathédrale de la Major à Marseille. Dimanche, il avait passé la journée à la maison d’arrêt des Baumettes auprès des détenus dont certains l’avaient trouvé très fatigué. 

Selon nos informations, Mgr Pontier va mieux ce soir mais reste affaibli. Toutefois, son voyage prévu dimanche prochain à Paray-Le-Monial, pour le jubilé du sanctuaire, est annulé, tout comme la mission qu’il devait conduire à partir de lundi au Liban. Il espère cependant être rétabli pour ouvrir l’assemblée plénière des évêques de France à Lourdes à partir du jeudi 3 novembre.

L'archevêque de N'Djaména installé dans ses fonctions

Le nouvel archevêque métropolitain de N’Djaména, Monseigneur Edmond Djitingar, a officiellement pris fonction au cours d’une cérémonie organisée samedi matin à la paroisse Sacré-Cœur de Chagoua, dans la capitale tchadienne.


«Moi, Edmond Djitangar, je crois en un seul Dieu et en un seul seigneur Jésus-Christ», a dit dans sa profession de foi le nouvel archevêque, soulignant qu’il s’engage à respecter les principes de l’église catholique.

Le nouvel archevêque a ensuite fait une confession en priant pour la paix, avant de se voir remettre la bulle signée par le pape François et la grosse qui concrétise sa prise de fonction officielle.

Plusieurs personnalités religieuses et politiques dont dix évêques venus des pays africains ont pris part à cette cérémonie significative pour les chrétiens tchadiens, restés sans archevêque métropolitain depuis le décès de Mgr Mathias Ngartery Mayadi, le 19 novembre 2013.

Agé de 63 ans, Mgr Edmond Djitangar est le quatrième archevêque métropolitain de la ville de N’Djaména et deuxième d’origine tchadienne (les deux premiers étaient des français). De 1992 à sa récente nomination comme archevêque le 20 août dernier, le prêtre était évêque de Sarh, chef-lieu de la région du Moyen Chari, à l’extrême sud du Tchad.

Collège épiscopal du 7 au 14 octobre

Nominations, démissions, Saint-Siège… du 7 au 14 octobre 2016

La DC

Nominations

Mgr Daniel Kozlinski NETTO, (administrateur apostolique) évêque de l’éparchie de Santa Maria del Patrocinio de Buenos Aires, Argentine, le 8 octobre 2016.

Le P. Edmilson Tadeu Canavarros DOS SANTOS, sdb, (directeur pédagogique du collège Santa Teresa à Corumba) évêque auxiliaire de Manaus, Brésil, le 12 octobre.

Le P. Alberto S. UY, (du diocèse de Talibon) évêque de Tagbilaran, Philippines, le 13 octobre.

Démissions

Mgr Hans-Jochen JASCHKE, évêque auxiliaire d’Hambourg, Allemagne, le 8 octobre.

Mgr Leonardo Y. MEDROSO, évêque de Tagbilaran, Philippines, le 13 octobre.

Décès

Mgr Kenneth Anthony ANGELL, évêque émérite de Burlington, États-Unis, le 4 octobre à l’âge de 86 ans.

Mgr Antonio Xu JIWEI, évêque de Linhai (Taichow), province du Zhejiang en Chine, le 25 septembre à l’âge de 81 ans.

Mgr David Every KONSTANT, évêque émérite de Leeds, Angleterre, le 9 octobre à l’âge de 86 ans.

Saint-Siège

Le 9 octobre, au cours de l’Angelus, le pape François a annoncé un Consistoire pour la création de nouveaux cardinaux. Il aura lieu le 19 novembre 2016. Treize nouveaux cardinaux venant de onze nations différentes représenteront les cinq continents et l’universalité de l’Église. François a également décidé de créer cardinaux deux archevêques et un évêque émérites qui se sont distingués dans leur service pastoral ainsi qu’un prêtre qui a rendu un clair témoignage chrétien.

La liste des nouveaux cardinaux :

Mgr Mario ZENARI, nonce apostolique en Syrie.

Mgr Dieudonné NZAPALAINGA, c.s.sp., archevêque de Bangui (RCA).

Mgr Carlos Osoro SIERRA, archevêque de Madrid (Espagne).

Mgr Sérgio DA ROCHA, archevêque de Brasilia (Brésil).

Mgr Blase J. CUPICH, archevêque Chicago (États-Unis).

Mgr Patrick D’ROZARIO, c.s.c., archevêque de Dacca (Bangladesh).

Mgr Baltazar Enrique Porras CARDOZO, archevêque de Merida (Venezuela).

Mgr Jozef DE KESEL, archevêque de Bruxelles (Bruxelles).

Mgr Maurice PIAT, évêque de Port-Louis (Maurice).

Mgr Kevin Joseph FARRELL, préfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie.

Mgr Carlos Aguiar RETES, archevêque de Tlalnepantla (Mexique).

Mgr John RIBAT, m.s.c., archevêque de Port Moresby (Papouasie-Nouvelle Guinée).

Mgr Joseph William TOBIN, c.ss.r., archevêque d’Indianapolis (États-Unis).

Évêque et archevêques émérites :

Mgr Anthony Soter FERNANDEZ, archevêque émérite de Kuala Lumpur (Malaisie).

Mgr Renato CORTI, archevêque émérite de Novara (Italie).

Mgr Sebastian Koto KHOARAI, omi, évêque émérite de Mohale’s Hoek (Lesotho).

Père Ernest SIMONI, prêtre de l’archidiocèse de Shkodrë-Pult (Scutari – Albanie).

Décrets

Le 10 octobre, recevant en audience privée le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation des causes des saints, le pape François l’a autorisé à publier quatre décrets reconnaissant les vertus héroïques de quatre nouveaux vénérables :

– le P. Luis Zambrano BLANCO (1909-1983), prêtre du diocèse de Badajoz (Espagne), fondateur de l’Institut séculier Foyer de Nazareth ;

– le P. Tiburcio Arnaiz MUÑOZ (1865-1926), jésuite espagnol, apôtre des missions populaires auprès des pauvres ;

Mère Maria Teresa SPINELLI (1789-1850), religieuse italienne, fondatrice des Sœurs augustines servantes de Jésus et Marie ;

Sœur Maria Costanza PANAS (1896-1963), clarisse capucine italienne.

La reconnaissance des vertus héroïques est la première étape vers la béatification qui ne pourra intervenir qu’après la reconnaissance d’un miracle à l’intercession du vénérable.

Vie religieuse

Le 14 octobre, la 36e Congrégation générale de la Compagnie de Jésus a élu le P. Arturo SOSA ABASCAL, de la Province du Venezuela, comme supérieur général.

Le P. Arturo Sosa est né à Caracas, Venezuela, le 12 novembre 1948. Conseiller du père Général, il était délégué du Général pour les maisons et les œuvres interprovinciales de la Compagnie de Jésus à Rome. Il est docteur en sciences politiques.

La sombre lettre des évêques aux « habitants de France » avant la présidentielle

Identités fragilisées, intégration en panne, laïcité sous tension, éducation en crise… Les évêques publient vendredi une longue et sombre lettre “aux habitants de France”, qui appelle à un constat “lucide” sur l’état du pays à quelques mois de la présidentielle.

“Si nous parlons aujourd’hui, c’est parce que nous aimons notre pays et que nous sommes préoccupés par sa situation”: ainsi commence ce document rare, intitulé ” Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique “.

“L’intention de ce message est de s’inscrire en faux contre la sinistrose ambiante”, explique l’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois dans Le Figaro de jeudi. Il a été voulu par les dix membres du conseil permanent de la Conférence des évêques (CEF) – sorte d’exécutif de l’Eglise catholique en France – en vue des élections de 2017.

“Appel au dialogue”

Même si les fidèles se comptent en millions, ” nous avons voulu quelque chose qui ne soit pas ‘les cathos pour les cathos’ “, a précisé cette semaine à la presse le président de la CEF et archevêque de Marseille, Mgr Georges Pontier. Trois mille exemplaires ont été envoyés aux élus, partis, syndicats et autres interlocuteurs, selon le porte-parole des évêques, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, qui évoque un “appel au dialogue sans hystérie ni raideur”.

“L’ambition est de fournir des éléments de réflexion et de pointer dix exigences”, selon Mgr Pontier: “Comment redonner un souffle, une vision commune pour que les Français, divers, puissent retrouver des raisons de vivre ensemble ?”

Les constats ne sont pas tendres. Sur la classe politique, pour commencer: “L’attitude et l’image de quelques-uns jettent le discrédit sur l’ensemble de ceux qui vivent l’engagement politique comme un service de leur pays”, “la parole a trop souvent été pervertie, utilisée, disqualifiée”.

Dans la société, “la contestation est devenue le mode de fonctionnement habituel, et la culture de l’affrontement semble prendre le pas sur celle du dialogue”, déplorent les évêques, égratignant “réseaux sociaux et médias, surtout audiovisuels”: “On ne peut sans cesse jouer sur la com’ et l’audience”.

Renouer le “contrat social”

Le “contrat social” a besoin d’être “renoué” car il ne va “plus de soi”, ses promesses n’étant “plus tenues”. Les personnes d’origine étrangère “n’arrivent pas à trouver leur place”, quand “les valeurs républicaines de liberté, égalité, fraternité, souvent brandies de manière incantatoire, semblent sonner creux pour beaucoup de nos contemporains”.

Pas question d’aborder de manière guerrière la problématique identitaire, si présente dans une précampagne électorale marquée notamment du sceau des récents attentats djihadistes en France. “Plus que d’armure, c’est de charpente que nos contemporains ont besoin”, écrivent les évêques, insistant sur “la question du sens”, qui a “déserté le débat politique”.

A propos des jeunes tentés par le djihad armé, les évêques appellent à pousser la réflexion : “Sans minimiser en aucune façon leur responsabilité ni celle des commanditaires qui ont manipulé leur destin, il convient de se demander pourquoi l’intégration n’a pu s’opérer, et comment notre société a laissé une partie de sa jeunesse se perdre dans de telles aventures mortifères et meurtrières”. Et de s’interroger sur la “crise” de “notre système éducatif”.

Pas de consigne de vote

Le sujet de la laïcité est devenu un “lieu de tension” qui “tient beaucoup au mouvement de réaffirmation des religions, particulièrement de l’islam”, note l’épiscopat. Mais ce doit être un “cadre juridique”, pas “un “projet de société” et de “neutralisation religieuse”, plaide-t-il, alertant sur des “frustrations qui vont conforter le communautarisme”.

Sombre tableau que le texte éclaire en soulignant le “potentiel important” de dynamisme et de solidarité de la France, “en tous domaines”. “En tant que chrétiens, nous sommes des inconditionnels de l’espérance!”, fait valoir Mgr Pontier.

L’épiscopat se garde toutefois d’entrer dans la mêlée partisane. Y compris à l’égard du Front national, qui a gagné de nombreux électeurs chez les catholiques. “Il faut écouter ce qu’ils expriment, beaucoup relève de la déception et de la peur”, pour le président de la CEF, convaincu que le temps des consignes de vote “est fini, s’il a existé”.

Des évêques français attendus en Corée pour le 150e anniversaire du martyre de catholiques …

2016/10/13 16:41 KST

Cathédrale Saenamteo à Séoul

SEOUL, 13 oct. (Yonhap) — Une délégation composée de plus de 80 personnes, dont sept évêques représentant neuf diocèses français, effectueront un pèlerinage en Corée du Sud, sur les traces des martyrs français de Corée, a fait savoir ce jeudi la Conférence des évêques catholiques de Corée (CBCK).

Selon la CBCK, la délégation arrivera en Corée du Sud demain pour une visite de 10 jours afin de se rendre dans plusieurs paroisses locales à l’occasion du 150e anniversaire du martyre de 103 missionnaires français et fidèles coréens. Les 103 martyrs ont été canonisés le 6 mai 1984 par Jean-Paul II.

Après leur arrivée à l’aéroport international d’Incheon ce vendredi, la délégation menée par Monseigneur (Mgr) Yves Le Saux, évêque du Mans, le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, Mgr Joseph de Metz-Noblat, évêque de Langres, Mgr Alain Castet, évêque de Luçon et Mgr Olivier Leborgne, évêque d’Amiens, rencontreront le cardinal André Yeom Soo-jung et le président de la CBCK, l’archevêque Kim Hee-joong.

A partir du lendemain, ils feront un pèlerinage vers des lieux liés au martyre de prêtres français, dont le sanctuaire de Galmaemôt où l’évêque Marie Nicolas Antoine Daveluy et les prêtres Pierre Aumaître et Martin Luc Huin ont été décapités, le sanctuaire Saenamteo où les évêques Siméon-François Berneux et Laurent Joseph Imbert et les prêtres Jacques Honoré Chastan, Pierre Philibert Maubant, Simon-Marie-Antoine-Just Ranfer de Bretenières, Bernard-Louis Beaulieu, Pierre-Henri Dorie et Michel-Alexandre Petitnicolas ont été exécutés ainsi que d’autres sanctuaires comme Baeti, Baeron, Songol et Jeoldusan.

Des évêques des deux pays se rassembleront également pour une réunion le 20 octobre à 14h à l’archidiocèse de Séoul et, à 18h, une messe sera célébrée conjointement par des évêques des deux nations à la cathédrale de Myeongdong, dans le centre de Séoul.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)