Anglicans

Les Églises anglicanes (certaines sont appelées “épiscopaliennes”) ont conservé l’épiscopat, qui fait partie de leur héritage d’avant la décision d’Henri VIII. L’ordination sacramentale à vie par trois évêques, la conservation de la succession apostolique (souvent dite “historique”) et les devoirs et responsabilités de l’évêque suivent les grandes lignes de l’épiscopat catholique et orthodoxe. Les évêques sont, soit nommés, soit élus, suivant le us et coutumes de chacune des trente-huit “provinces” (églises nationales) de la Communion anglicane. Les femmes sont considérées comme idoines à l’épiscopat dans trois provinces (Nouvelle-Zélande, Canada, États-Unis), mais seulement 11 des quelque 850 évêques anglicans dans le monde sont des femmes.

À part ce développement récent, considéré comme une pierre d’achoppement, l’Anglican-Roman Catholic International Consultation ou Commission internationale anglicane-catholique romaine a conclu que la théologie et la pratique de l’épiscopat des deux Églises sont identiques.

Cependant, comme le pape Léon XIII l’a explicitement déclaré dans sa Bulle Apostolicae Curae de 1896, l’Église catholique considère que ces ordinations sont invalides. Cette position théologique est confirmée par le Cardinal Ratzinger, futur pape Benoît XVI, dans sa note doctrinale qui accompagne le Motu proprio Ad tuendam fidem du 18 mai 1998, et qui confirme (§ 11, vers la fin) que cette vérité fait partie des vérités “du second alinéa” (cf. canon 750 §2), tranchées de façon définitive et devant être tenues par tous. À la suite de la Bulle de 1896, des évêques anglicans se sont fait réordonner par des évêques ordonnés de façon certainement valide mais qui n’étaient pas en communion avec Rome (orthodoxes, etc.).
Enfin, la Constitution apostolique Anglicanorum Coetibus de 2009 prévoit des dispositions pour les anglicans qui voudraient revenir à l’Église catholique. Les prêtres et évêques anglicans pourront être ordonnés ; si un ancien évêque anglican est marié, il pourra être ordonné prêtre catholique, mais il pourra bénéficier de certains privilèges : port des insignes épiscopaux, participation à la Conférence épiscopale avec le rang d'”évêque émérite”.

Les vêtements à l’autel sont semblables à ceux des évêques catholiques. Au chœur, pourtant, les évêques anglicans portent des vêtements très particuliers:

  • La soutane violette,
  • Le “rochet”, comme une aube mais avec des manches très larges resserrées aux poignets,
  • Le “chimère”, une espèce de chape légère, noir ou rouge,
  • “L’écharpe” ou “tippet”, comme une étole noire très longue,
  • Croix pectorale, anneau, crosse.