Protestants

Dans le protestantisme (au sens strict, Irvingiens exceptés), seules certaines Églises luthériennes, méthodistes et quelques rares Églises réformées) connaissent un ministère épiscopal personnel, qui est une fonction de l’Église et non un ordre sacramentel.

Ces églises connaissent un épiscopat féminin, comme elles connaissent les ministères féminins. Ces fonctions sont électives, c’est-à-dire démocratiques ; le suffrage des fidèles s’exerçant soit directement au premier degré, soit au second degré. Dans la plupart des confessions protestantes acceptant le ministère épiscopal, la continuité apostolique est généralement entendue comme signifiant la fidélité à l’enseignement apostolique – une succession spirituelle donc, et non historique.

Dans les autres Églises protestantes, au niveau de l’Église locale, le ministère épiscopal est celui des pasteurs (traditionnellement élus), et collégialement des anciens. Le consistoire, ou conseil presbytéral est élu par l’assemblée générale qui élit aussi, dans le système presbytéro-synodal, un certain nombre de délégués au synode. Au niveau d’une union nationale, le ministère d’unité est assuré par les synodes et conseils élus par eux, avec parfois une forte concentration sur la personne de leur président. À défaut, il l’est par la collégialité des pasteurs.