Premiers Siècles

Avant le christianisme, le terme était utilisé pour désigner toutes sortes d’administrateurs (ce mot est la meilleure traduction) dans les domaines civil, financier, militaire, judiciaire. Dans l’Église luthérienne, on garde le souvenir de cette étymologie en nommant les évêques des « inspecteurs ecclésiastiques ». Les premiers episkopoi étaient élus par les membres de l’Eκκλησία / ekklêsia, l’assemblée des fidèles, à la manière dont une association élit aujourd’hui ses dirigeants. Le dimanche qui suivait, le nouvel évêque était consacré comme évêque par l’ensemble des évêques de la province, au moyen de l’imposition des mains, au sein, bien sûr, de la synaxe eucharistique.

Dans les premiers temps, un évêque était l’administrateur d’une paroisse, plutôt que d’un ‘diocèse’. Le Nouveau Testament n’était pas encore complété, ils étaient les héritiers d’une tradition orale : l’autorité d’un évêque ne découlait pas de la Bible, mais de sa connexion aussi ténue soit-elle aux apôtres. Les évêques des métropoles se posèrent comme plus importants que ceux de villes plus petites, se réclamant aussi de liens plus directs avec les apôtres.

Ce qu’on appelle la succession apostolique consiste en la consécration d’un nouvel évêque par un, ou plusieurs évêques, eux-mêmes validement consacrés. Le concile de Nicée a précisé qu’il fallait la présence d’au moins trois évêques. Mais en cas de nécessité, la présence d’un seul suffit. Cette règle est appliquée par les catholiques, les orthodoxes et d’une façon générale, par l’Église anglicane quoique les deux précédents dénient à cette dernière la validité de ladite succession, tout comme aux nestoriens.