Qui est Fridolin Ambongo, le successeur de Mgr Monsengwo à Kinshasa ?

Agé de 57 ans, le nouvel archevêque coadjuteur de Kinshasa, a officiellement été présenté mardi aux médias dans la capitale congolaise.

Il aura la tâche de prendre la relève du très influent cardinal Monsengwo qui, âgé de 79 ans, prendra bientôt sa retraite.

>> Lire aussi : Le cardinal Monsengwo dénonce “une prison à ciel ouvert“ en RDC

Mgr Monsengwo a expliqué que son coadjuteur évoluera à ses côtés au même titre qu’un évêque auxiliaire… “mais avec droit de succession immédiate sur le siège de l’évêque dont il est adjoint après la démission ou le décès de ce dernier”, a précisé l’archevêque de Kinshasa.

A ce titre, beaucoup se demandent si Mgr Ambongo poursuivra, au même diapason que son prédécesseur, la “tâche prophétique” qu’assurait avec hardiesse le cardinal Monsengwo.

Ce dernier s’est en effet illustré par des prises de position interpellant le pouvoir de Kinshasa face à la moindre tentative de dévier de la Constitution ou pour le bien-être des Congolais, s’attirant en retour les attaques du régime.

>> Lire aussi : L’Eglise persiste et signe en RDC face à Kabila

Le dernier message de Mgr Monsengwo appelant “les médiocres à dégager” pour “que règnent la paix, la justice en RD Congo”, marquera long temps les esprits. Le président Joseph Kabila a lui-même réagi en demandant que l’on sache “rendre à César ce qui est à César et à Dieu, ce qui lui est dû”.

Pour beaucoup, Mgr Ambongo, archevêque de Mbandaka-Bikoro (dans l’ouest) avant sa nomination, pourrait bien rester sur la même lancée.

Vice-président de la Conférence épiscopale nationale (Cenco), en charge de la commission Justice et Paix, Mgr Ambongo est en effet aussi critique que le cardinal Monsengwo.

>> Lire aussi : L’épiscopat appelle à “barrer la route” à une confiscation du pouvoir en RDC

Co-médiateur de l’accord politique, qui a permis le report des élections en 2016, dont l‘épiscopat exige l’application complète, Mgr Ambongo a fait plusieurs sorties pour dénoncer les dérives du régime, mais aussi les incohérences de l’opposition.

>> Lire aussi : RDC : Mgr Monsengwo appelle le gouvernement “à arrêter de tuer” le peuple

Au sein de l’épiscopat congolais, Mgr Ambongo est même celui qui s’affichait sur le front diplomatique, notamment pour exiger la pression sur le gouvernement en vue de la mise en œuvre complète de l’accord du 31 décembre 2016.

Ordonné prêtre en 1988, Mgr Fridolin Ambongo est issu de l’Ordre des Frères Mineurs Capucins (des Franciscains).

En 2004, il a été nommé évêque de Bokungu-Ikela, dans la province de l’Equateur (dans l’ouest de la RDC) où il est d’ailleurs né le 4 janvier 1960 à Boto.

Il a passé une bonne partie de ses études dans la même province, dont celles de philosophie au séminaire de Bwamanda et de théologie à l’Institut Saint-Eugène de Mazeno.

Il a gravi tous les échelons de sa congrégation jusqu’à devenir le président national de l’Assemblée des Supérieurs majeurs (Asuma) et du district des Frères mineurs capucins en Afrique (Concau).

En 2008, il a été nommé administrateur apostolique du diocèse de Kole au centre de la RDC, puis président de la Commission épiscopale ‘Justice et Paix’ et administrateur apostolique de Mbandaka-Bikoro, avant d’être nommé archevêque du même archidiocèse le 12 novembre 2016.